L’ecdystérone produirait un gain de masse musculaire significatif chez l’athlète de force au bout de 10 semaines

Aucun commentaire

peak-ecdysonePeut-on vraiment penser que ces vieilles études russes aient fait mouche ? L’ecdystérone, l’ecdystéroïde le plus populaire de la nutrition sportive, aurait en effet un effet anabolique. Des chercheurs allemands en sont venus à cette conclusion dans une étude humaine menée à la demande de la Wada. L’ecdystérone sera-t-elle ajoutée à la liste des substances interdites par cette organisme de contrôle ?

L’étude sur l’ecdystérone et le gain de masse musculaire

Les chercheurs ont divisé 46 jeunes sujets masculins en 4 groupes. Trois groupes se sont entraînés avec des charges pendant les 10 semaines de l’expérience. Un des groupes a pris un placebo [PL], deux autres ont utilisé un supplément d’ecdysterone. Un quatrième groupe d’hommes a pris de l’ecdystérone, mais n’a pas fait d’exercice [CO].

Les chercheurs ont utilisé le supplément Peak Ecdysone, un produit du fabricant allemand de suppléments Peak [ci-dessus]. Selon l’étiquette, Peak Ecdysone contient 100 milligrammes d’ecdystérone dérivée d’épinards par capsule, mais lorsque les chercheurs ont analysé le supplément, ils n’auraient trouvé que 6 milligrammes d’ecdystérone. Cela ne serait pas inhabituel avec les suppléments d’ecdystérone à base d’épinards.

Un groupe d’hommes qui s’entraînait a pris la dose recommandée de 2 capsules de Peak Ecdysone par jour [Ec1], ce qui équivaut à 12 milligrammes d’ecdystérone par jour. Les hommes qui ne se sont pas entraînés ont également pris cette dose. Un autre groupe d’hommes physiquement actifs a pris 8 capsules de Peak Ecdysone [Ec2] par jour. Cela équivaut à 48 milligrammes d’ecdystérone par jour.

Peak Ecdysone contient également 100 milligrammes de leucine par capsule, mais les chercheurs pensent que cette dose est trop faible pour être physiologiquement pertinente.

ecdysterone-molecule

Résultats de l’expérience sur l’ecdystérone

Les sujets qui avaient pris le supplément d’ecdystérone et qui se sont entraînés ont accumulé plus de masse musculaire que les sujets qui s’étaient aussi entraîné et qui avaient pris un placebo. La dose la plus élevée, en particulier, s’est avérée efficace. Les sujets du test ont gagné 2 kilos de masse musculaire dans ces groupes.

ecdysterone-gain-muscle-maigre

ecdysterone-gain-muscle

De plus, les utilisateurs d’ecdystérone ont gagné plus de force musculaire que les sujets qui se sont entraînés et ont pris un placebo. La supplémentation en ecdystérone n’a pas entraîné une augmentation de la masse et de la force musculaires si les sujets ne s’entraînaient pas avec des poids. À cet égard également, l’ecdystérone est similaire aux stéroïdes anabolisants classiques.

Dans une étude in vitro, les chercheurs avaient exposé des cellules musculaires à de l’ecdystérone et à quelques hormones stéroïdes naturelles. Ils ont découvert que l’ecdystérone produirait un effet anabolisant aussi important que la DHT, le puissant métabolite androgène de la testostérone.

Conclusion sur l’ecdystérone et le gain de masse musculaire

“Ce projet démontre l’effet d’amélioration des performances athlétiques de l’ecdystérone chez l’homme”, écrivent les chercheurs. “Le mécanisme d’action de l’ecdystérone semble indépendant de l’activation des récepteurs d’androgènes mais il se manifeste plutôt par l’activation du récepteur des œstrogènes bêta”.

“Il est recommandé de poursuivre les recherches sur l’activité de l’ecdystérone. Il s’agirait également d’inclure un essai d’administration contrôlée de l’ecdystérone chez l’homme afin d’en élucider le métabolisme et d’évaluer le moyen d’améliorer sa détection dans les analyses de contrôle du dopage”.

Note EM: Pour ma part, j’ai quand même du mal à accepter les résultats de l’expérience. 2 kilos de masse musculaire me paraissent vraiment énormes ou alors il s’agit d’un gain de poids tant des sarcomères que du sarcoplasme et donc d’une prise de volume plutôt que du muscle maigre seulement. C’est un peu ce que l’on considérer comme une prise de masse ou de gain de masse musculaire avec des fluides et du glycogène plutôt que de muscle maigre découlant d’une hypertrophie des sarcomères seuls, ce qui tiendrait du miracle. Cela étant, la quantité d’ecdystérone me semble être particulièrement faible. Il est également tout à fait possible que les sujets de l’étude soient des débutants, ce qui expliquerait les résultats obtenus en masse musculaire. Toujours est-il que les autorités sportives n’ont toujours pas établi le statut de cette molécule, dopage ou pas, rien n’a été décidé, du moins à ma connaissance.

ecdysterone-dopage-wada

Source de l’article: Thanks to ecdysterone supplementation, strength athletes gain 2 kilos of muscle mass in 10 weeks

Source Ergo-log: Arch Toxicol. 2019 May 23.

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.