Le HMB améliore la qualité du muscle et favorise la perte des graisses chez les athlètes âgés, et pour vous ?

Aucun commentaire

Article SuppVersity original: Use HMB to improve your muscle quality (…)

HMBDepuis quelques temps, le HMB a décidé de remonter sur scène. De nombreux scientifiques travaillent actuellement sur ​ des molécules permettant une augmentation meilleure ou plus rapide du taux d’absorption. Une étude sur le point d’être publiée dans le Journal of Experimental Gerontology laisse toutefois penser que cette forme optimisée de HMB pourrait – au moins pour certains effets basiques non négligeables au niveau du vieillissement musculaire et des tissus adipeux – n’être même pas nécessaire. À cette fin, le bon vieux (et horrible au goût) CaHMB (hydroxyméthylbutyrate de calcium) que l’on peut obtenir n’importe où semble fonctionner remarquablement bien.

Quel serait l’intérêt du HMB chez des personnes âgées de 65 ans ?

Au cours d’une étude randomisée et contrôlée, Jeffrey R. Strout et ses collègues de l’Université Centrale, de l’Université de Caroline du Nord, de la Georgia Southern University, de l’USA Sport Academy et de l’Université de Tampa, ont observé que 3 grammes du “bon vieux” calcium-β-hydroxy-β-méthylbutyrate (CaHMB) fonctionne très bien pour augmenter la force des jambes et la qualité musculaire de sujets âgés de 65 ans.

Pour être en mesure d’évaluer les effets du HMB seul et en combinaison avec l’entraînement de la force, les scientifiques ont divisé l’étude en deux phases principales:

* La Phase I qui consistait en deux groupes sans exercice (NE): (a) alimentation habituelle plus placebo (NEPLA) et (b) alimentation habituelle plus CaHMB (NEHMB).
* La Phase II se composait de deux groupes avec exercices de résistance (RE): (a) alimentation habituelle avec un placebo et des exercices de résistance (REPLA) et (b) alimentation habituelle avec CaHMB et exercices de résistance (REHMB).

La période d’évaluation de l’étude pour chaque participant dans les phases I et II était de 24 semaines. Le test a été effectué à la semaine 0 (pré-test), à 12 semaines (mi-test) et après 24 semaines (post-test), et s’intéressaient à la composition corporelle (les scientifiques ont utilisé des analyses DXA fiables pour évaluer la masse maigre et de taux de graisse corporelle ), la force musculaire, le mouvement fonctionnel, un rappel alimentaire de trois jours, les marqueurs sanguins et d’urine pour la consommation de HMB.

2×1.5 gramme + 4 grammes de glucides feront l’affaire…

Le supplément devait être consommé avec une boisson non-alcoolisée au moins 2 fois par jour. En plus du HMB ou d’une poudre placebo, il contenait 4 grammes supplémentaire de glucides (Je le mentionne car il ne peut être exclu que cela ait eu un effet minime sur l’absorption ou le métabolisme du HMB). Les sessions d’entraînement de résistance (RE) dans la 2e phase de l’étude ont été effectuées trois fois par semaine. Le volume des sessions d’entraînement (nombre de séries par exercice par semaine) était développé comme suit (Strout 2013.):

* Semaine 1 pré-test seulement,
* Semaines 2 et 3 avec une série par exercice,
* Semaine 4 avec deux séries d’exercice,
* Semaine 5-10 avec trois séries,
* Semaine 11 avec une ou deux séries,
* Semaine 12 mi-test uniquement,

* Semaines 13 et 14 avec une série d’exercice,
* Semaine 15 avec deux séries d’exercice,
* 16-22 semaines avec trois séries,
* Semaine 23 avec une ou deux séries, et en semaine 24 post-test, seulement.

La Qualité Musculaire (MQ) – Qu’est-ce que c’est ? «La Qualité musculaire (MQ) a été calculée à partir de la force musculaire par rapport à la masse musculaire. MQ a été utilisé et décrit précédemment comme une indication de la fonction musculaire (Lynch et al, 1999;.. Tracy et al, 1999).». (Strout. 2013) soit une mesure de la force en fonction de la masse musculaire. MQ est considéré comme un indicateur de l’état de santé, de la mortalité et un meilleur indicateur de la fonction musculaire que la force seule (à mettre en rapport d’une manière assez drôle avec les mesures de la force de préhension que vous lisez dans de nombreuses revues et d’études de gériatrie).

Au cours de chaque session d’exercices, tous les participants ont effectués de une à trois séries de 8-12 répétitions pour chaque exercice. Les exercices effectuées étaient le développé couché, le tirage barre (dorsaux), la presse à cuisses (bilatéral), le Hack Squat et le leg extension (bilatéral).

Effets-du-HMB-sur-la-masse-corporelle-seche-et-la-perte-des-graisses

Tableau 1: Modifications de la composition corporelle en réponse à une phase 1 (sans exercice) et phase 2 (exercices de résistance) sur une étude de 2 x 12 semaines.

Si vous examinez les données du tableau 1, vous verrez que le principal facteur expliquant les changements dans la composition corporelle n’est pas le régime de supplémentation. Comme Strout et al. le soulignent, à la fois le HMB seul, ainsi que sa combinaison avec l’entraînement de résistance ont toutefois donné des changements statistiquement significatifs de la structure musculaire des sujets âgés de 72-73 ans (+ / -1) (pour une explication du paramètre “qualité du muscle” voir le tableau ci-dessus):

La phase I de l’étude en cours a démontré que la supplémentation prolongée avec le CaHMB [seul] améliore la quantité de masse maigre totale (LM), la force, la fonction musculaire et le facteur MQ sans exercice de résistance. En outre, le protocole d’exercices de résistance progressifs et à haute intensité utilisé dans la Phase II a entraîné une augmentation de masse maigre, de la force et du facteur MQ, avec ou sans CaHMB. Par ailleurs, l’intervention du CaHMB en Phase II a entraîné une diminution de la masse grasse totale significative avec l’augmentation de la masse maigre totale et du facteur MQ avec l’entraînement de résistance“.

La prise de HMB a produit une élévation de la masse maigre et une perte de la graisse totale

Ce que je considère particulièrement intéressant ici, concerne l’augmentation statistiquement significative de la perte de graisse, ce qui n’est certainement pas la première chose à laquelle vous pensez quand il s’agit de supplémentation en HMB. Dans un sens, cela me rappelle les effets étonnants de Zemel et coll. observé avec leur étude “Leucine + B6″, une étude publiée récemment (voir l’article de SuppVersity correspondant NdT: à traduire) qui soutiendrait l’idée que la Leucine et / ou son métabolite le HMB conduiraient à une augmentation de  la capacité oxydative du muscle squelettique – au moins dans les situations de stress cellulaire accru (l’obésité et l’étude de Zemel, voir aussi «Leucine + resvératrol – des Boosters synergiques : +118% d’oxydation des acides gras, 60% d’augmentation de la captation du glucose musculaire, -30% de graisse viscérale & Plus – trop beau pour être vrai NdT: ibid.“). Dans ce contexte, Strout et al. écrivent:

Une découverte intéressante concernant le traitement au HMB de la présente étude était son effet sur la masse grasse, ce qui était conforme avec les recherches de Vukovich et al. (2001). Le CaHMB seul ne provoque pas de perte de graisse. Cependant, l’entraînement de résistance avec ou sans CaHMB entraîna une importante perte de masse grasse à la semaine 12, alors que le groupe CaHMB était en mesure de poursuivre la réduction de la masse grasse jusqu’à la semaine 24.” (Strout. 2013)

Ensuite, ils ont fait une déclaration discutable sur la façon dont «l’exercice de résistance n’est pas connu pour être un puissant stimulus sur la perte de graisse corporelle» mais pour se remettre sur la voie ils ajoutent:

“[…] Cette récente preuve suggère que la supplémentation en HMB améliore l’oxydation des acides gras, l’adénosine monophosphate kinase (AMPK), ainsi que l’activité des SIRT1 et Sirt3 dans les adipocytes et les cellules musculaires (Bruckbauer. 2012). Collectivement, ces protéines agissent pour améliorer la biogenèse mitochondriale, l’oxydation des graisses et le métabolisme énergétique.” (Strout. 2013)

Cela soutient ma propre hypothèse, c’est à dire que la perte de graisses est principalement fonction de l’activité / de l’augmentation de la capacité mitochondriale. Et que tout cela doit être déterminé, à savoir si des effets similaires peuvent être observés dans les cellules non-musculaires, de même, si l’amélioration locale de la biogenèse mitochondriale pourrait avoir des effets bénéfiques sur le métabolisme du corps entier – y compris le cerveau !

P.S: Nous pourrions conseiller à ceux qui préfèrent vieillir en bonne santé de prendre leur dose quotidienne de HMB. Je suppose que je pourrais m’en remettre à cela s’il ne restait pas quelques questions à aborder:

1. Est-ce que ces effets se produisent chez les personnes suivant un régime «élevé» (2x RDA et +) en protéines ?
2. Les effet du HMB vont-ils s’ajouter aux effets bénéfiques d’une protéine de lactosérum ?
3. L’âge est-il essentiel pour en bénéficier ou allons-nous également profiter des mêmes effets ou d’effets moindres chez les sujets plus jeunes ?

Bien qu’il semble vraiment que nous soyons passé à côté de la plaque sur un complément très utile et disponible depuis des années, il reste encore des recherches à faire, avant que ces questions puissent être résolues avec un maximum de confiance.

Note sur les besoins en protéine chez les personnes âgées: Saviez-vous que l’apport en protéines actuellement recommandé pour les personnes âgées est 0.6g/kg de masse corporelle et que Campbell et al. ont pu montrer qu’au moins 1.0g/kg sont nécessaires uniquement pour maintenir un bilan azoté normal ? Non, eh bien maintenant que vous savez que l’apport en protéines de référence est de 1.1g/kg pour cette étude, vous savez désormais de quoi nous parlons – une certaine cohérence quant aux apports en protéines !

À mon humble avis, c’est particulièrement vrai en ce qui concerne les questions (1) et (2), les données correspondantes étant jusqu’ici tout simplement inexistantes. Donc, nous avons du mal à dire si vous pouvez obtenir des effets de recomposition identiques ou au moins similaires à l’expérience réalisée en ajoutant simplement un shake de protéines de lactosérum ou une barre de protéine qui ne contient pas 80% de sucres dans le régime alimentaire de nos “personnes âgées conscientes de leur alimentation” et malheureusement sous-alimentés en protéines.

L’intérêt anti-catabolique dépend surtout de l’âge des athlètes

D’autre part, des études antérieures chez des athlètes entraînés, ainsi que les réactions des utilisateurs grâce auxquelles le HMB aura plus ou moins disparu du marché laissent penser que c’est certainement le cas pour les jeunes. Ce qui veut dire qu’une prise régulière et une assimilation lente du HMB dans le cadre d’un entraînement déjà très optimisé et d’un régime nutritionnel chez des personnes qui n’ont pas à lutter contre le catabolisme induit par l’âge est plus que discutable.

Note du traducteur (NdT): J’ouvre ici une catégorie Leucine – HMB, à voir le nombre important d’articles réservé à ce sujet.

Références scientifiques:

  • Bruckbauer A, Zemel MB, Thorpe T, Akula MR, Stuckey AC, Osborne D, Martin EB, Kennel S, Wall JS. Synergistic effects of leucine and resveratrol on insulin sensitivity and fat metabolism in adipocytes and mice. Nutr Metab (Lond). 2012 Aug 22;9(1):77.
  • Stout JR, Smith-Ryan AE, Fukuda DH, Kendall KL, Moon JR, Hoffman JR, Wilson JM, Oliver JS, Mustad VA. Effect of calcium β-hydroxy-β-methylbutyrate (CaHMB) with and without resistance training in men and women 65+yrs: A randomized, double-blind pilot trial. Exp Gerontol. 2013 Aug 24.
  • Vukovich MD, Stubbs NB, Bohlken RM. Body composition in 70-year-old adults responds to dietary beta-hydroxy-beta-methylbutyrate similarly to that of young adults. J Nutr. 2001 Jul;131(7):2049-52.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.