L’effet modeste de l’acide chlorogénique sur la perte de poids

perte-de-poids-acide-chlorogeniqueUne supplémentation quotidienne de 300 milligrammes d’acide chlorogénique – substance bioactive de l’extrait de grains de café vert – réduirait légèrement la quantité de graisse abdominale. C’est du moins ce que des chercheurs de la société japonaise Kao Corporation écrivent dans Nutrients. L’effet rapporté par les japonais sur la perte de poids serait significativement plus faible que dans les études publiées précédemment. Et semblerait beaucoup plus crédible…

L’étude sur l’acide chlorogénique du café vert et la perte de poids

Les chercheurs ont divisé 142 adultes en bonne santé mais en surpoids âgés de 20 à 65 ans en deux groupes. Tous les groupes ont bu une tasse de café instantané tous les jours pendant 12 semaines. Un groupe a reçu du café instantané standard, l’autre du café auquel les chercheurs ont ajouté environ 300 milligrammes d’acide chlorogénique.

Outre la caféine, les analogues de l’acide chlorogénique sont les constituants bioactifs les plus importants du café. Ce sont aussi les ingrédients les plus importants des extraits de café vert retrouvés dans toutes sortes de compléments amaigrissants. Et selon certaines études douteuses, ils pourraient conduire à une perte de poids de 8 kilos.

cafe-vert-grains

Résultats de l’étude sur les effets de l’acide chlorogénique

Les sujets qui consommaient de l’acide chlorogénique supplémentaire ont perdu un peu de leur IMC et sont devenus plus minces de quelques millimètres au niveau de la taille.

perte-de-poids

Selon les scanners abdominaux, les sujets du groupe expérimental présentaient un peu moins de graisse abdominale après l’étude. Cet effet était statistiquement plus fort que l’effet présenté ci-dessus sur la perte de poids mais il reste encore modeste.

perte-de-poids-cafe-vert

Les processus biochimiques à l’œuvre derrière l’acide chlorogénique

L’absence de résultats sensationnels n’a pas empêché les auteurs de spéculer sur le mécanisme par lequel l’acide chlorogénique peut causer une perte de graisse. “Le mécanisme qui sous-tend l’effet du café instantané contenant une quantité élevée d’acide chlorogénique (…) sur la diminution de la graisse viscérale abdominale pourrait entraîner à la fois une dépense énergétique accrue et une combustion accrue des graisses”, écrivent-ils.

“Selon un essai clinique humain comparant la consommation quotidienne de café torréfié contenant 359 mg d’acide chlorogénique et de café placebo pendant une semaine, la consommation répétée d’acide chlorogénique a diminué le quotient respiratoire et augmenté la consommation d’oxygène. Cela signifie que la dépense énergétique et l’oxydation des graisses ont augmenté”. [J. Health. Sci. 2010, 56, 745-51.]

“En outre, l’administration d’un extrait de grains de café vert contenant de l’acide chlorogénique à des souris obèses et provoquée par l’alimentation, affecte l’accumulation de graisse corporelle, avec une inhibition en fonction de la dose relative à l’augmentation du poids corporel, de l’accumulation de graisse viscérale et de graisse hépatique. [Am J Physiol Endocrinol Metab. Janvier 2011 ; 300(1):E122-33.]

“De plus, l’analyse de l’expression des gènes liés au métabolisme énergétique dans le foie a révélé une diminution significative de l’expression de l’ARN messager de la stéaroyl-CoA désaturase 1, de l’acétyl-CoA carboxylase 1 (ACC1) et de l’ACC2, impliquées dans l’oxydation des acides gras, après que des souris aient reçu pendant deux semaines un extrait de café vert contenant de l’acide chlorogénique.

“La diminution de l’expression de la stéaroyl-CoA désaturase 1 et de l’ACC1, qui participent à la synthèse des acides gras, favorise la dépense énergétique, et la diminution de l’expression de l’ACC2 augmente l’oxydation des acides gras dans les mitochondries par la production réduite de malonyl CoA, qui inhibent la carnitine palmitoyltransférase 1.

Conclusion

“La consommation de café à haute teneur en acide chlorogénique pendant 12 semaines par des adultes en surpoids pourrait réduire la zone de graisse viscérale, la zone de graisse abdominale totale, l’IMC et le tour de taille”, concluent les chercheurs.

Source de l’article: The modest fat loss effect of chlorogenic acid

Source Ergo-log: Nutrients. 2019 Jul 16;11(7).

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

Pour perdre du poids, vous êtes plutôt viande ou poisson maigre ?

cabillaud-morue

Image www.atelierdeschefs.fr

Une alimentation qui vous fournit 30% moins d’énergie que ce que vous brûlez chaque jour fonctionnerait mieux si vous preniez du cabillaud comme source de protéines. Des chercheurs de l’Université d’Islande ont publié un article sur le sujet dans Nutrition, Metabolism & Cardiovascular Diseases. Pour perdre du poids, un régime hypocalorique à base de poisson maigre serait plus efficace qu’un régime identique dans lequel la source de protéines serait la viande maigre.

Poisson maigre, protéine et perte de poids

Le poisson est bon pour le cœur, les vaisseaux sanguins et la composition corporelle. Peut-être est-ce parce que le poisson contient des acides gras Oméga 3, peut-être parce qu’il contient de la vitamine D. Ou peut-être est-ce parce que les protéines de poisson contiennent des quantités assez élevées de taurine, ce qui augmente le taux métabolique. Ou peut-être est-ce à cause de l’interaction entre tous ces facteurs ? C’est un fait, les gens perdraient du poids plus rapidement s’ils mangeaient beaucoup de poisson. Des études animales auraient montré qu’un régime hypocalorique contenant beaucoup de protéines de poisson maintiendrait mieux les réserves de glucose musculaire qu’un régime basé sur d’autres sources de protéines.

L’étude sur le poisson contre la viande maigre

Les chercheurs voulaient savoir quel serait l’effet d’une alimentation riche en poisson maigre sur les hommes et les femmes en surpoids. Ils ont fait un essai avec 126 personnes obèses âgées de 20 à 40 ans et leur ont imposé un régime strict pendant 8 semaines. Le groupe témoin a reçu de la viande maigre tous les jours, un autre groupe a reçu 150 g de cabillaud 3 fois par semaine au lieu de la viande, et le dernier groupe en a mangé 150 g 5 fois par semaine. Les sujets testés tiraient leur énergie pour environ 35% des matières grasses, 17 % à partir des protéines et le reste à partir des glucides.

Les résultats !

Le tableau ci-dessous montre les changements dans les trois groupes après 8 semaines.

poisson-regime-perte-poids

Au plus les sujets avaient mangé de cabillaud, au plus l’effet de leur régime amaigrissant était important. L’effet du régime alimentaire du poisson était significatif, tant pour la perte de poids totale que pour la réduction du tour de taille. Avec du cabillaud plutôt que de la viande cinq jours par semaine, les sujets avaient perdu 1,7 kg de plus en 8 semaines.

L’étude était sponsorisée

Il y a quand même un “mais” dans cette étude : elle a été financée par le Fonds islandais pour la recherche AVS. En d’autres termes, il s’agit du ministère islandais de la pêche. La pêche est d’une importance vitale pour l’économie islandaise : le poisson représente 63 % des exportations de l’Islande. On pourrait dire que le commanditaire avait un intérêt direct dans les résultats de la recherche.

Source de l’article: Weight loss faster with lean fish than lean meat

Source Ergo-log: Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2009 Dec;19(10):690-6.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’acide carnosique, l’aide minceur potentiel du romarin

L’acide carnosique est utilisé dans les dentifrices, la viande transformée, les pizzas et les sauces. Il est surtout naturellement retrouvé dans les herbes et épices ordinaires et fonctionnerait plutôt bien comme agent conservateur biologique. L’acide carnosique pourrait également être considéré comme une aide minceur intéressante, comme l’a écrit un diététicien nutritionniste coréen* dans le Journal of Cancer Prevention.

L’acide carnosique

acide-carnosiqueL’acide carnosique est un diterpène retrouvé dans certains végétaux tels que le romarin par exemple. Sa formule structurelle est présentée ci-contre.

Oui, l’étude scientifique dont nous allons vous parler aujourd’hui a été réalisée in vitro. En effet, un grand nombre de substances qui présentent des effets intéressants sur les cellules dans les laboratoires en Asie n’ont pas nécessairement le même effet sur les humains.

La raison pour laquelle nous pensons que cette étude vaut la peine d’être considérée, c’est qu’il est facile pour les fabricants de suppléments d’utiliser de l’acide carnosique. Il existe depuis des années comme agent de conservation biologique. La toxicité de l’acide carnosique a été étudiée en détail et dans l’UE, la molécule est considérée comme sûre. [The EFSA Journal (2008) 721, 1-29.]

Donc, nous y voilà. D’un coup, l’étude coréenne est devenue beaucoup intéressante.

L’étude de laboratoire sur l’acide carnosique

Les chercheurs ont exposé de jeunes cellules adipeuses flottant dans un liquide composé de diverses concentrations d’acide carnosique. La molécule a inhibé la croissance et le développement des cellules adipeuses. Au plus la concentration d’acide carnosique était élevée, au moins les cellules étaient riches en graisse.

acide-carnosiqueL’acide carnosique a inhibé la fabrication de la protéine PPAR-gamma que les cellules adipeuses utilisent pour «reconnaitre» les acides gras. Il a également fait de même avec la SCD1, une enzyme qui synthétise l’acide oléique dans les adipocytes. Des indices ont démontré que lorsque l’obésité est impliquée – ou certaines formes malignes de cancer – l’activité de l’enzyme SCD1 (acide gras désaturase) devient trop élevée.

acide-carnosiquemetabolisme-de-l-acide-carnosique

Conclusion

Le potentiel anti-cancéreux de l’acide carnosique s’est révélé probable. Peut-être s’agit-il d’une aide minceur ou peut-être des deux. Par la suite, nous vous donnerons plus d’informations. Nous n’allons peut-être pas trouver d’expérience clinique réalisée sur l’être humain mais il serait déjà intéressant de pouvoir discuter d’une étude réalisée sur l’animal.

Source de l’article: Carnosic acid: potentiel slimming aid from Rosemary

Source Ergo-Log: J Cancer Prev. 2015 Mar;20(1):41-9.

* Il s’agit ici d’un diététicien nutritionniste clinicien, titulaire d’un doctorat.

————————-

Note: Sur Espace Corps Esprit Forme, nous connaissons déjà bien le romarin mais pour des considérations scientifiques en relation à l’acide ursolique dont l’effet sur l’hypertrophie musculaire et le potentiel anti-cancérigène sont attestés. Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur l’acide carnosique en traitant d’une autre épice, le thym. Le thym renferme également de l’acide ursolique et carnosique mais nous en apprendrons plus sur son action au niveau cellulaire, hormis l’influence de ce dernier sur les protéines PPAR gamma. Concernant le romarin, rappelez-vous d’abord qu’il contient du camphre en forte quantité et qu’il s’agit d’un poison pour notre organisme. Je ne peux que vous déconseiller toute consommation de romarin en grande quantité sur la durée, il en va de votre santé.

Après tout ceci, je possèderais assez d’éléments pour rédiger un article sur l’épissage cellulaire, comme prévu depuis fort longtemps maintenant. Cet article reviendra sur l’acide ursolique, expliquant comment il agit et pourquoi il s’avère particulièrement intéressant pour le bodybuilding et la croissance musculaire. Pour ceux qui sont de ma génération, nous aurons l’occasion de parler du personnage qui popularisa cette molécule et qui s’était fait connaitre pour bien autre chose que l’acide ursolique. Toujours est-il que l’on peut considérer le romarin comme un condiment à ranger dans la catégorie de la recomposition corporelle. Ces derniers sont particulièrement rares, plus efficaces et sans le potentiel probablement néfaste du CLA à forte dose.

Donc, si l’on vous dit qu’ils ont la santé les fruits et les légumes frais, pensez que c’est également le cas pour certains condiments et épices, peut-être encore bien plus que pour les fruits et légumes.

Mais d’ici là, je ne peux que vous inviter à développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
6 Commentaires

2 tasses de thé vert augmenterait la présence de graisse brune

Si vous buviez deux tasses de thé vert ou de thé blanc chaque jours, la quantité de graisse brune présente dans votre corps pourrait augmenter. Ceci pourrait être très intéressant pour ceux qui veulent perdre un peu de graisse corporelle. En effet, les cellules de graisse brune stockent la graisse mais elle la brûle pour la convertir en chaleur.

L’étude sur le thé, ses antioxydants et la graisse brune

Les chercheurs ont réalisé des expériences avec 22 étudiantes sur une période de 12 semaines. Ils ont donné à la moitié des étudiants 540 mg de catéchines et 80 mg de caféine tous les jours. L’autre moitié a reçu un placebo avec une petite quantité de caféine. Les Japonais n’ont pas été soutenus par un fabricant de complément ou de thé.

Les chercheurs décrivent les catéchines comme « catéchine, catéchine gallate, gallocatéchine, gallocatéchine gallate, épicatéchine,  épicatéchine gallate et épigallocatéchine gallate ou EGCG. » Ici, il s’agit du thé vert ou du thé blanc. La quantité de catéchines et de caféine qu’ils ont utilisé correspond à ce que vous pouvez retrouver dans deux tasses de thé vert ou blanc.

Au cours de l’expérience, les chercheurs ont utilisé la spectroscopie dans le proche infrarouge à résolution dans le temps pour mesurer la quantité d’hémoglobine présente dans les dépôts de graisse du dos des sujets. De cette façon, les Japonais pouvaient déterminer la quantité de tissu adipeux composé de graisse brune. Les cellules adipeuses brunes brûlent des acides gras, ils ont donc besoin d’oxygène. Et donc, la graisse brune contient plus d’hémoglobine que le tissu adipeux blanc.

graisse-brune-et-graisse-blanche

La graisse brune

Les êtres humains naissent avec de grandes quantités de graisse brune sur la partie supérieure du corps mais ils en perdent la plus grande partie quand ils grandissent. Des études récentes ont montré que la quantité de graisse brune augmentait à nouveau quand les gens étaient exposés au froid et – dans une moindre mesure – quand ils étaient exposés à différentes substances. Qu’il s’agisse de manipulation de la graisse brune, comme certaines personnes le font en périodes de régime et que cela soit vraiment efficace, ce n’est pas encore clair.

Les résultats de l’étude scientifique

Les catéchines ont augmenté la quantité des tissus de graisse brune de 18% dans les parties du corps examinées.

Consommation-de-the-et-presence-de-graisse-brune

Les chercheurs n’ont pas cherché à savoir si les sujets du groupe expérimental produisaient plus de chaleur ou s’ils avaient commencé à brûler plus de graisse.

Conclusion

“Nos résultats indiquent que l’ingestion répétée d’une boisson riche en catéchines augmente la densité des tissus adipeux brun, évalués par une méthode de spectroscopie dans le proche infrarouge”, ont écrit les chercheurs. “Bien que le degré d’augmentation de la masse de graisse brune soit plus petite que les quantités évaluées au cours des études antérieures sur l’exposition au froid, le résultat de cette étude élargit le choix des méthodes pour augmenter l’activité/masse de graisse brune”.

“L’ingestion quotidienne d’une boisson riche en catéchines pourrait être utile et considérée comme un traitement plus simple et plus pratique que l’exposition chronique au froid quant à l’efficacité de l’augmentation du tissu adipeux brun”.

Source de l’article: Two cups of green tea daily results in more brown fat

Source Ergo-log: Springerplus. 2016 Aug 18;5(1):1363.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

——————————————-

NdT: Ce qui est important de comprendre ici, c’est que la graisse brune est un type de graisse fonctionnel. C’est à dire qu’elle participe à la consommation des calories, contrairement aux graisses blanches. Ceci expliquerait donc en partie la raison pour laquelle le thé vous aide à brûler des calories, en supplément de l’effet thermogène de la caféine.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Trop d’insistance sur le petit-déjeuner en régime amaigrissant vous coûtera de la masse musculaire

petit-dejeuner

Le petit-déjeuner et la perte de poids, un mythe plus qu’une réalité ?

Si vous voulez perdre du poids, vous devez vous assurer de prendre un bon petit-déjeuner. Essayez déjà d’interroger Google à ce sujet… Pourtant, une étude réalisée en 1997 a montré que les athlètes ne suivaient pas le meilleur chemin vers la minceur en mettant trop l’accent sur le petit-déjeuner. Cela signifie que vous pourriez perdre de la masse maigre – en d’autres mots, que vous perdriez du muscle…

Une étude scientifique des années 1970

Dans les années 1970, des chercheurs ont réalisé des expériences où ils ont donné un seul repas par jour à leurs sujets. [Chronobiologia 1975; 2 (Suppl 1): 33.] Le repas fournissait juste assez de calories pour maintenir le poids corporel. Lorsqu’ils ont mangé leur repas du soir, ils ont maintenu leur poids. Quand ils ont mangé leur repas au matin ils ont perdu un peu de poids.

Depuis cette expérience, presque tous les experts réels et autoproclamés de la minceur vous diront que vous devriez prendre un petit-déjeuner si vous voulez perdre du poids. Au plus vous consommerez de calories le matin, au plus vous allez brûler ces calories, et l’histoire continue… Au plus vous allez prendre de calories tôt le matin, au plus votre vitesse de métabolisme sera élevée et au plus de calories vous brûlerez. Et donc, (petit) déjeuner vous rendrait mince.

Dans les manuels de culturisme vous lirez parfois ce genre de conseils adressé aux athlètes de force: “de prendre le petit-déjeuner comme un roi, de déjeuner comme un prince et de dîner comme un pauvre“. Ce genre de conseil a souvent été accompagné de l’image d’un Hulk grimaçant avec de larges épaules, assis à une table en face de quelques litres de lait, un régime de bananes, quatre kilogrammes de fromage blanc, un morceau de viande crue, une assiette de riz brun et deux douzaine d’œufs durs. Et la légende sous l’image serait celle-ci: “La journée d’un athlète de force commence par un bon petit-déjeuner.”

Une étude sur le petit-déjeuner qui date de 1997

Malheureusement, les chercheurs des années soixante-dix ne tenaient pas compte de la composition corporelle. Les nutritionnistes du département américain de l’agriculture en ont tenu compte dans leurs expériences, cependant. En 1997, ils ont publié dans le Journal of Nutrition, les résultats d’une étude dans laquelle ils avaient demandés à 10 femmes de perdre du poids avec un régime pas trop strict et au cours duquel les femmes ont reçu 2 repas par jour – petit-déjeuner et dîner.

Les femmes ont été divisées en 2 groupes. Un groupe a suivi le modèle AM (matin) durant les 6 premières semaines de l’étude. Pour cela, les femmes ont consommé 70% de leur apport calorique quotidien au petit-déjeuner. L’autre moitié a suivi le modèle PM (soir), avec une consommation de 70% de leurs calories quotidiennes au dîner.

Après 6 semaines, les femmes ont changé leur mode d’alimentation. Les femmes qui avaient commencé avec le modèle AM ont ensuite fait 6 semaines sur le modèle PM alors que les femmes qui avaient commencé avec le modèle PM on suivi les 6 semaines suivantes avec le modèle AM.

Experience-de-regime-alimentaire-changeant-en-fonction-de-la-matinee-petit-dejeuner-ou-de-la-soiree-diner

Perte-de-poids-de-masse-maigre-et-de-graisse-en-fonction-d-un-regime-alimentaire-focalise-sur-le-petit-dejeuner-ou-le-diner

 

Résultats de l’expérience

Les graphiques ci-dessus vous montrent combien de poids, de masse grasse et de masse maigre les femmes ont perdues au cours de l’expérience. Ces graphiques résument les conclusions les plus importantes de l’étude. Ils montrent l’évolution du poids corporel moyen et la composition corporelle pendant 6 semaines de régime sur les modèles AM (petit-déjeuner) et PM (diner).

Conclusion

Si la perte de poids seule est votre objectif principal, alors un bon petit déjeuner et un dîner léger sont une option acceptable. Par contre, si vous voulez perdre du poids mais pas trop de masse musculaire, vous feriez mieux de prendre un petit-déjeuner léger et de consommer la plupart de vos calories dans la soirée.

Source de l’article: Too much emphasis on breakfast when dieting will cost you muscle mass

Source Ergo-log: J Nutr. 1997 Jan; 127(1): 75-82.

—————————

Étude intéressante même si elle a sans doute été réalisée sur des sédentaires, le titre d’Ergo-log est un peu exagéré car trop caricatural. Cependant, l’étude a pour intérêt de mettre en valeur une tendance générale du métabolisme, ici des femmes, sujets généralement plus portés à réaliser une perte de poids que les hommes. Comme cela est bien établi maintenant, il faut quand même rappeler qu’il sera toujours plus simple pour quelqu’un de perdre du poids s’il possède une masse musculaire importante puisque les muscles fonctionnent comme le “moteur” de votre organisme. Eux seuls permettent une augmentation relative de la dépense calorique, une combustion des calories à mettre en rapport avec qui celle engendrée par le métabolisme de base d’un individu. D’où l’intérêt premier de préserver la masse musculaire des individus en “régime”. De toute évidence, ces données sont à mettre en rapport avec le NEAT de chaque individu.

En tout état de cause, les résultats ne peuvent pas être extrapolés directement à des athlètes de bon niveau, leur métabolisme étant bien différent des sujets de l’étude, ainsi, que leur mode alimentaire. Cependant, on pourrait, en toute logique, supposer que les apports caloriques du soir permettront de compenser les pertes engendrées par la phase relative du catabolisme nocturne et du jeûne donc, de préserver la masse musculaire de manière globale. Encore une fois, l’étude est à modérer car elle ne concerne que le public de femmes cherchant à perdre du poids. Pourtant, les clichés véhiculés par les nutritionnistes très mal informés, même s’ils ont la vie dure, sont à nouveau clairement réfutés.

Eric Mallet

Note: Pour le prochain article, nous traiterons d’un nouveau sujet, en rapport beaucoup plus direct avec les compléments alimentaires.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une alimentation riche en BCAA préserve votre fine silhouette

Des hommes et des femmes âgés entre 40 et 60 ans seraient plus minces en fonction de la quantité de BCAA contenus dans leur régime alimentaire. Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill l’ont découvert après avoir étudié des données recueillies sur 4429 japonais, chinois, britanniques et américains.

Une étude scientifique intéressante sur les BCAA

Leucine

La Leucine

L’étude, qui a été publiée dans le Journal of Nutrition est basée sur des données recueillies pour une étude internationale sur les macro et micronutriments et la pression artérielle. Des nutritionnistes ont passé au crible un ensemble de données afin de rechercher les substances qui empêcheraient une pression artérielle saine. Ce faisant, ces chercheurs se sont interrogés sur un lien entre la composition en acides aminés des protéines dans l’alimentation et le poids corporel: au plus il y avait de BCAA dans le régime alimentaire des 4000 hommes et femmes interrogés, au moins ils étaient souvent en surpoids.

De là, leurs chercheurs ont divisé les sujets en quartiles, en fonction de leur consommation en BCAA. Le premier quartile correspond au 25% présentant la prise de BCAA la plus basse et le quatrième quartile de 25% correspond au plus grand apport.

Les résultats de l’étude sur les BCAA

Lorsqu’ils ont établi un pourcentage de risque de 1 pour le surpoids du premier quartile, ils ont remarqué que les risques du quatrième quartile étaient de 0,8. Autrement dit, les chances de surpoids sont de 20% moins élevées pour les personnes su quatrième quartile que pour ceux du premier.

Etude-sur-les-BCAA-et-le-poids-corporel

Rapport-entre-les-BCAA-et-le-risque-de-surpoids

Les risques de surpoids extrême – d’obésité – sont réduit par à peu près le même montant pour le quatrième quartile, comme le montre le tableau ci-dessus.

Le mécanisme d’action des BCAA

Les chercheurs ont ensuite procédé à une étude de la littérature scientifique sur le sujet. Ils en ont conclu que des trois BCAA L-Valine, L-Isoleucine et L-Leucine – la L-Leucine présentait l‘effetminceur” le plus prononcé. Une étude sur l’homme qui valide cet effet a eu lieu avec trois groupes de lutteurs soumis à un régime surveillé pendant 19 jours. Le groupe de lutteurs qui, malgré l’apport calorique réduit, avait pris une quantité élevée de BCAA avait perdu le plus de poids au cours de l’étude. Les lutteurs avaient perdu 4 kg et leur pourcentage de graisse avait diminué de 17%.

Un des processus biochimiques possibles qui expliqueraient ce phénomène est lié au fait que les repas contenant une quantité élevée de L-Leucine causent une augmentation de la libération de leptine. C’est une hormone qui signale que le corps a consommé assez de calories, qui augmente la combustion d’énergie et qui supprime l’appétit.

Conclusion

La plupart des personnes prennent environ 6 grammes de leucine par jour. Cette quantité pourrait être augmentée sans problème particulier jusqu’à 20 grammes en augmentant la part des protéines ou en prenant des suppléments. Les chercheurs pensent avec optimisme qu’une tactique de ce genre pourrait aider à réduire l’épidémie mondiale d’obésité.

Source de l’article: Diet that’s high in BCAAs will keep you slim

Source Ergo-log: J Nutr. 2011 Feb;141(2):249-254.

Eric Mallet

Références bibliographiques

  • Mourier A. et al., Combined effects of caloric restriction and branched-chain amino acid supplementation on body composition and exercise performance in elite wrestlers, Int J Sports Med. 1997 Jan;18(1):47-55.
  • Holecek M, Siman P, Vodenicarovova M, Kandar R. Alterations in protein and amino acid metabolism in rats fed a branched-chain amino acid- or leucine-enriched diet during postprandial and postabsorptive states., Nutr Metab (Lond). 2016; 13:12.
  • Dudgeon WD, Kelley EP, Scheett TP. In a single-blind, matched group design: branched-chain amino acid supplementation and resistance training maintains lean body mass during a caloric restricted diet. J Int Soc Sports Nutr. 2016; 13:1.
En savoir plus »
1 Commentaire