Le curcuma: l’anti-catabolique rangé dans votre étagère de cuisine

Aucun commentaire

curcumaÊtes-vous un bodybuilder à la recherche d’une nouvelle substance à expérimenter ? Celle-ci est d’ailleurs tout à fait légale ! Alors Ergo-log a une astuce pour vous: essayez le curcuma. Vous ne pouvez pas prendre plus légal et plus simple que cela. Vous pouvez trouver le curcuma parmi les herbes et épices de votre supermarché. Et si l’on en croit les récents articles scientifiques parus à ce sujet, c’est un anti-catabolique intéressant.

Le curcuma est une épice originaire de l’Inde, elle est extraite des racines séchées de la plante Curcuma longa, un parent du gingembre, le Zingiber officinale. La coloration du Curcuma Longa donne à certains aliments leur couleur jaune alors que la poudre de curcuma est un ingrédient du curry.

Le curcuma est connu depuis des millénaires grâce à la tradition ayurvédique

En Inde, les guérisseurs traditionnels utilisent le curcuma depuis des siècles pour ses propriétés anti-inflammatoires. Ils le prescrivent à ceux qui souffrent de problèmes respiratoires ou de blessures qui ne guérissent pas. Un ingrédient actif de la curcumine ou diféruloylméthane a été identifié. C’est précisément la substance qui est vendue comme colorant alimentaire jaune dans les boutiques. Le diagramme ci-dessous montre la structure chimique de la curcumine.

La-curcumine-curcuma

Certains chercheurs pensent que la curcumine protège le cerveau. Au cours d’études animales,  la curcumine a permis de réduire les dommages causés au cerveau par le cadmium et le plomb. Les épidémiologistes soupçonnent que la curcumine protège le cerveau contre la maladie d’Alzheimer, et que c’est pour cette raison que la maladie est moins répandue en Inde – où la consommation de curcuma est élevée – que dans d’autres parties du monde.

La curcumine possèderait des propriétés anticatabolisantes

L’effet anti-catabolique du curcuma dépend aussi de la curcumine, selon ce qu’affirme un article de la revue Harvard Medical School. L’article se concentre sur la curcumine en tant que médicament qui lutterait contre la dégradation musculaire à la suite d’un empoisonnement du sang, la spécialisation des chercheurs. Cependant, écrivent-ils, «il existe des preuves que la curcumine pourrait inhiber la réponse catabolique du muscle squelettique durant d’autres conditions cataboliques“.

curcumine-actif-curcuma

La curcumine, molécule active du curcuma

Ils se réfèrent à des études animales qui ont montré un effet anti-catabolique de la curcumine dans le cas du cancer et de tissus musculaires endommagés. Certaines études ont également montré que la récupération des tissus musculaires avait été améliorée par la curcumine. Pourtant, au cours d’études scientifiques où des animaux de laboratoire n’avaient pas pu utiliser leurs muscles, la curcumine n’a pourtant pas inhibé la dégradation des protéines musculaires. Donc, la curcumine ne fonctionne pas toujours.

Les chercheurs soupçonnent la curcumine d’inhiber la dégradation musculaire en sabotant essentiellement l’échangeur moléculaire [un facteur de transcription] nommé facteur nucléaire kappa-B (NF-kB). Nous savons que le NF-kB réagit à peu près à tout ce qui est néfaste à la cellule: les radicaux libres, la lumière UV et le cholestérol LDL oxydé. Dans ces cas, le facteur de transcription se lie à l’ADN et, ce faisant, il met en marche toute une batterie de mécanismes de destruction. En bloquant l’échangeur moléculaire, le NF-kB ne peut donc plus agir en détruisant les tissus.

Dans le cas d’un empoisonnement du sang, mais aussi du cancer, les opérations chirurgicales lourdes et la malnutrition, le NF-kB peut causer beaucoup de dommages aux tissus musculaires. Pourtant, la curcumine n’est pas onéreuse et reste non toxique en grande quantité. Elle pourrait représenter une alternative à certains produits dopants, proches des hormones anabolisantes. Elles sont coûteuses, illégales et présentent des effets secondaires. C’est pour cela que les chercheurs veulent en savoir plus à ce sujet.

L’assimilation du curcuma n’est pas idéale dans l’organisme

Un problème se pose, le corps n’absorbe pas la curcumine du curcuma facilement. Les fabricants travaillent donc sur des nano-préparations de la substance. Une alternative consiste à administrer la curcumine avec du poivre selon les chercheurs. “Une autre méthode pour augmenter la biodisponibilité de la curcumine est d’ajouter de la pipérine du poivre noir, ce qui augmente l’absorption de la curcumine de 2000% chez l’être humain.” Pour la petite histoire: les auteurs de l’article n’ont pas l’intention de commercialiser la curcumine. Ils ont été financés par les Instituts nationaux américains de la Santé.

Rappelez-vous que la quantité de muscle que vous développez dépend des processus anaboliques et cataboliques. Si vous augmentez la qualité et la durée des processus anabolisants, la prise de muscle sera plus rapide. Réduire les processus cataboliques aura le même effet. Mais à savoir si la curcumine a un effet anti-catabolique pendant et après un entraînement lourd et intense n’a pas été étudié. Pourtant, ce genre d’études en vaudrait vraiment la chandelle.

Source Ergo Log: Turmeric: the anti-catabolic in your kitchen cupboard

Source de l’article: Nutrition. 2009 Feb;25(2):125-9.

———————————————-

Note: L’allégation des auteurs Ergo-log sur le fait que la curcumine pourrait représenter une alternative a des substances dopantes me paraît un peu légère. Je comprends leur enthousiasme mais de là à assimiler les effets d’une substance naturelle à des stéroïdes androgènes anabolisants, c’est quelque chose qui pour l’instant, n’a jamais été démontré. Cependant, il est probable que le diféruloylméthane du curcuma présente un potentiel ergogène intéressant pour les sportifs. Pourtant, le curcuma est bien trop souvent négligé, se serait-ce que pour la santé.

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.