La citrouille et ses composants pourrait-elle stimuler l’endurance et la force musculaire ?

citrouille-antioxydants

Image Tom Leishman

Est-il possible que dans quinze ans, les athlètes d’endurance ne se nourrissent plus de pâtes, de pain et de riz avant une course, mais de soupe au potiron ? Ou utiliseront-ils des compléments alimentaires contenant un extrait de citrouille ?

Nous basons ces prédictions audacieuses sur une étude animale menée par des chercheurs de l’université de Providence à Taïwan, et récemment publiée dans Molecules. Selon cette étude, les cultivars de citrouille de la famille Cucurbita moschata présentent peut-être des propriétés ergogéniques qui feraient saliver tout développeur de compléments alimentaires pour les sports d’endurance qui se respecte.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le xanthohumol du houblon et de la bière augmenterait la longévité

houblon-xanthohumol

Le houblon – Image Markus Spiske

Le xanthohumol, un flavonoïde et phytochimique présent dans le houblon et la bière, pourrait avoir un effet de prolongation de la vie. Du moins, c’est ce que suggère une étude sur l’animal publiée par des chercheurs de l’Université Rajabhat d’Ubon Ratchathani en Thaïlande dans Comparative Biochemistry and Physiology, Part C.

L’étude sur le xanthohumol du houblon

Les chercheurs ont réalisé des expériences avec la mouche à fruits Drosophilia melanogaster. Ils ont exposé les mouches à différentes concentrations de xanthohumol et ont ensuite mesuré leur durée de vie.

Le xanthohumol est un flavonoïde très présent dans le houblon et la bière qui en contient d’ailleurs beaucoup moins. Il présenterait un faible effet œstrogénique et anti-œstrogénique. Le xanthohumol peut être métabolisé en isoxanthohumol et en 8-prénylnaringénine. Dans l’organisme, l’enzyme CYP1A2 est responsable de cette dernière conversion.

En savoir plus »
3 Commentaires

Voici comment un flavonoïde du persil pourrait stimuler la testostérone

flavonoides-persilLes légumes de tous les jours, tels que le céleri, les oignons et le persil, contiennent des substances renforçant la testostérone qui, à mesure que nous vieillissons, empêchent la diminution de synthèse de la testostérone. Du moins, c’est ce qu’ont découvert des chercheurs de la Texas Tech University. Dans le Journal of Nutritional Biochemistry, ils décrivent les expériences qu’ils ont menées avec l’apigénine, un flavonoïde stimulant de la testostérone assez prometteur, que l’on trouve en grande quantité dans le persil.

Vieillissement et testostérone

Les chercheurs de Texas Tech travaillent sur les moyens de réduire les dommages causés par le processus de vieillissement, ce qui inclut la recherche de techniques permettant de réduire la baisse du taux de testostérone chez les hommes âgés.

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’hespéridine stimulerait la performance sportive

performance-sportive-antioxydants-agrumesCes derniers jours, les rédacteurs d’Ergo-log ont passé en revue différentes études scientifiques et cliniques sur l’hespéridine et son influence sur la performance sportive. Il s’agit donc ici de l’analyse d’une étude réalisée en 2018 par une équipe de chercheurs hollandais sur cette molécule.

Eric Mallet

L’étude des chercheurs hollandais sur l’hespéridine

Les chercheurs du Team NL Innovation Center, une organisation qui développe de nouvelles technologies pour les athlètes néerlandais de haut niveau, ont divisé 39 hommes actifs âgés de 18 à 25 ans en deux groupes. Un groupe a pris un placebo quotidiennement pendant 4 semaines, et l’autre groupe a pris 500 milligrammes d’extrait de Citrus sinensis. Cet extrait était composé à 90 % d’hespéridine ou, plus précisément, d’hespérétine-7-O-rutinoside 2S.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Associer astaxanthine et collagène serait favorable à la santé de la peau

collagene-hydrolyseUne dose quotidienne de 6 milligrammes d’astaxanthine réduirait les rides du visage, comme nous l’avions écrit précédemment. Vous le savez, il existe des preuves cliniques que le collagène hydrolysé présente le même effet positif. Mais que se passerait-il si vous combiniez l’astaxanthine et le collagène ? Une étude humaine, publiée dans le Journal of Medicinal Food en 2014 par des chercheurs coréens vous donnera la réponse.

L’étude sur l’association de collagène et d’astaxanthine

Les chercheurs, affiliés à l’Université nationale de Séoul en Corée du Sud, ont divisé 44 femmes âgées de 41 à 60 ans en un groupe placebo et un groupe expérimental. Pendant les 12 semaines de l’expérience, les sujets du groupe expérimental ont consommé 2 milligrammes d’astaxanthine et 3 grammes de collagène de poisson hydrolysé par jour. Le collagène était un produit de Rousselot France, qui commercialise du collagène de poisson hydrolysé sous le nom de Peptan. L’astaxanthine provient des usines de l’American Cyanotech Corporation.

Résultats de l’étude

Après 12 semaines, les chercheurs ont voulu savoir si l’élasticité et l’hydratation de la peau du visage avaient changé. En termes d’hydratation, ils n’ont trouvé aucune différence entre les groupes mais l’élasticité a été améliorée de manière significative chez les femmes du groupe de supplémentation.

astaxanthine-collagene

Après 12 semaines, les chercheurs ont irradié un morceau de peau des fesses des femmes avec des rayons UV (!). Comme vous le savez, les rayonnements UV sont la principale cause du vieillissement de la peau.

Les Coréens ont découvert que la peau des femmes qui avaient reçu le complément réagissait aux radiations en produisant beaucoup plus de pro-collagène de type 1. Cela signifie que le tissu cutané s’était renouvelé.

collagene-astaxanthine

En outre, les cellules de la peau des femmes prenant le supplément ont produit moins d’enzymes MMP-1 et MMP-12. Ces enzymes sont impliquées dans les processus cataboliques des tissus cutanés.

Le sponsor de l’étude

L’étude a été financée par Cerebos Pacific Limited, une très vieille entreprise britannique. Cerebros est le producteur de RudyCollagen, un aliment fonctionnel contenant du collagène et de l’astaxanthine, entre autres.

Source de l’article: This combination of astaxanthin and collagen keeps your skin young

Source Ergo-log: J Med Food. 2014 Jul;17(7):810-6.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

SkQ1 prolonge la durée de vie grâce au système immunitaire

Selon certains rapports publiés sur des forums web tels que Longecity, forums fréquentés par les spécialistes de l’allongement de la durée de vie les mieux informés, les premières expériences avec des doses relativement élevées de SkQ1 ont commencé dans le monde scientifique de la longévité. Mais qu’est-ce que le SkQ1 ? Pour en avoir une idée, nous avons lu une fascinante publication russe de 2011.

Note EM: (Nous parlons aussi de longévisme, ou de transhumanisme, les deux termes étant synonymes et sans aucun rapport avec des violations de l’éthique médicale, comme on l’entend parfois abusivement en France. A l’opposé, nous sommes particulièrement en retard dans ce domaine par rapport aux USA et aux pays asiatiques).

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un régime anti-inflammatoire vous aiderait à maintenir votre masse musculaire

Un régime alimentaire contenant suffisamment de protéines peut vous aider à rester musclé et fort après la cinquantaine mais pas seulement… Les nutriments que vous n’associez probablement pas directement à la masse musculaire ou à la force, comme l’huile de poisson, le thé, le thym, le sélénium et la vitamine C, peuvent également y contribuer. Du moins, c’est ce que des scientifiques iraniens rapportent dans le Nutrition Journal. Ils affirment qu’un régime alimentaire à faible indice inflammatoire ou anti-inflammatoire, réduirait le risque de sarcopénie – ou de perte involontaire de masse et de force musculaires squelettiques liées à l’âge.

L’étude sur le rapport entre les aliments sains et leur apport “anti-inflammatoire”

Les chercheurs affiliés à l’université des sciences médicales de Téhéran ont mesuré la masse musculaire, la force et la vie quotidienne de 150 hommes et 150 femmes de plus de 55 ans. Dans le même temps, les chercheurs ont déterminé l’indice inflammatoire du régime alimentaire des participants à l’étude.

En savoir plus »
Aucun commentaire