Voici comment Creatine RT d’Athletic Edge Nutrition avec Artemisia dracunculus fonctionne…

Aucun commentaire

creatine-estragonConcernant cet article, il s’agit d’un sujet traité par Ergo-log en 2012, en rapport à une étude sur la créatine publiée dans Metabolism en 2008. J’aurais pu traduire l’article bien avant mais il avait échappé à ma vigilance, même si je connaissais bien le complément vendu. Puisqu’il s’agit de la créatine, je préfère traduire l’article aujourd’hui afin de vous proposer une base de données la plus complète possible (760 articles aujourd’hui). Par contre, je ne sais pas si ce complément se vend encore (Creatine RT). A vous de faire votre propre recherche car je ne donne pas d’adresses de revendeurs.

Eric Mallet

Une marque américaine de compléments alimentaires, Athletic Edge Nutrition propose Creatine RT. Jarrow Formulas nous propose Creatine Surge et Magnum Big C. Les formules qui combinent la créatine avec des extraits d’estragon [Artemisia dracunculus] étaient autrefois populaires. Une étude sur l’animal du Pennington Biomedical Research Center démontre comment ces compléments peuvent fonctionner sur le plan métabolique.

Un brevet américain déposé pour une association de créatine et d’estragon

Le 26 mai 2011, trois chercheurs allemands – Ralf Jaeger, Ivo Pischel et Martin Purpura – ont obtenu un brevet américain pour des compléments alimentaires améliorés contenant de la créatine et de la L-Carnitine. L’ajout d’un extrait d’Artemisia dracunculus améliorerait l’absorption de ces substances par les cellules musculaires, selon les informations du brevet. Vous pouvez également trouver ces informations dans un résumé que les chercheurs ont publié en 2008 dans le Journal of the International Society of Sports Nutrition.

Le résumé décrit une étude dans laquelle la créatine disparaît plus rapidement de la circulation sanguine après ingestion lorsque les sujets humains ont également pris 1000 mg d’extrait d’Artemisia dracunculus {A} dans le tableau ci-dessous. La courbe B représente la concentration de créatine dans le sang des sujets qui ont pris uniquement de la créatine, sans extrait végétal.

creatine-estragon-artemisia dracunculus

L’étude suggère que l’Artemisia dracunculus pousse la créatine dans les cellules musculaires. Les chercheurs n’ont pas dit explicitement si c’était vraiment le cas. En 2011, le chercheur Ivo Pischel avait publié un autre article, montrant que l’Artemisia dracunculus renforçait légèrement l’effet de l’insuline chez les personnes en bonne santé. Cela expliquerait alors probablement pourquoi les herboristes de nombreux pays utiliseraient l’estragon comme remède contre le diabète. Comme les cellules musculaires absorbent mieux la créatine en combinaison avec le glucose et l’insuline, cela pourrait aussi expliquer l’efficacité de l’association créatine et estragon.

La recherche fondamentale menée par le Pennington Biomedical permet d’en savoir plus. Dans une étude animale, publiée en 2011 dans le Journal of Nutritional Biochemistry, les chercheurs ont donné à des souris qui réagissent mal à l’insuline des aliments contenant 1 % d’extrait éthanolique d’Artemisia dracunculus [PMI5011]. Le résultat sur l’indice HOMA est indiqué ci-dessous [taux de glucose à jeun multiplié par le taux d’insuline à jeun]. Cela signifie que l’extrait végétal a permis aux cellules d’être plus sensibles à l’insuline.

creatine-estragon-insuline

creatine-assimilation-estragon

L’Artemisia dracunculus stimulerait la sensibilité cellulaire à l’insuline

L’extrait a permis aux cellules musculaires des souris de produire davantage de presque toutes les protéines qui font fonctionner le récepteur de l’insuline – du récepteur IR de l’insuline à la protéine de transport GLUT4 en passant par le substrat du récepteur de l’insuline et l’Akt. Mais les chercheurs ne savent pas exactement comment l’Artemisia dracunculus y parvient. Ils pensent que c’est peut-être parce que l’extrait stimule l’activité des enzymes phosphatases. Les phosphatases séparent les groupes phosphates des molécules et, ce faisant, peuvent activer le récepteur de l’insuline.

Par ailleurs, les chercheurs ont découvert un autre effet intéressant de l’estragon. “Il a été démontré que les muscles squelettiques des animaux ayant reçu au hasard le PMI 5011 présentaient une activité réduite du protéasome 20S et une expression génique réduite de protéines spécifiques faisant partie du système ubiquitine-protéasome dans les muscles squelettiques”, écrivent-ils.

Source de l’article: This is how the creatine-tarragon combo works

Source Ergo-log: Metabolism. 2008 Jul;57(7 Suppl 1):S58-64.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.