Le Ginseng sibérien, amélioration de l’endurance des athlètes

1 Commentaire

ginseng-siberien-racinesEn 2010, des chercheurs de l’université catholique Fu Jen, dans la capitale taïwanaise Taipei, ont été les premiers scientifiques à démontrer les effets positifs du ginseng sibérien, en latin Eleutherococcus senticosus. Ils ont testé des athlètes d’endurance dans une étude crédible. Ils ont publié leurs résultats dans le Chinese Journal of Physiology.

Le Ginseng sibérien

Les premières indications de l’effet positif du ginseng sibérien sur les athlètes d’endurance sont apparues dans des études russes plus anciennes et difficiles d’accès. Dans ces études, les athlètes d’endurance recevaient plusieurs millilitres d’une solution alcoolique concentrée contenant des extraits de ginseng sibérien une demi-heure avant d’être soumis à un exercice intense, après quoi ils présentaient des performances nettement améliorées.

Il serait assez facile de trouver des failles dans la première de ces études positives. Des études plus récentes, qui respectent les règles de la recherche scientifique, n’ont donné aucun résultat positif. Elles rapportent par exemple que le ginseng sibérien augmente en fait les effets du stress sur les cellules immunitaires et fait grimper le taux de cortisol chez les athlètes. Une étude de synthèse réalisée en 2005 a également suggéré qu’une dose quotidienne de 1000 à 2000 mg de ginseng sibérien ne serait d’aucun intérêt pour les athlètes d’endurance.

L’étude sur l’Eleutherococcus senticosus

Les Taïwanais ont décidé de donner une autre chance au ginseng sibérien. Ils ont été financés par le ministère taïwanais de l’agriculture, et non par l’industrie des compléments alimentaires.

Les chercheurs ont donné à 9 étudiants de sexe masculin, qui s’entraînaient 2 heures par jour au tennis, une dose quotidienne de 800 mg de ginseng sibérien pendant une période de 8 semaines. Les extraits ont été fabriqués à partir des racines et des rhizomes du ginseng sibérien, et provenaient des usines pharmaceutiques Chung Mei. Les étudiants devaient faire deux fois du vélo à 75 % de leur VO2max jusqu’à épuisement. Dans un cas, ils avaient pris un placebo pendant deux mois auparavant [P] ; dans l’autre, ils avaient pris un supplément contenant des ingrédients actifs [ES].

Les résultats de l’étude

Après avoir pris du ginseng sibérien, les étudiants ont été capables de pédaler 23 % plus longtemps pendant le test d’effort par rapport au placebo. Cela est probablement dû au fait que les sujets ont brûlé plus de graisses et moins de glucose pendant la première partie du test. La partie ombragée du tableau ci-dessous montre que leur RER était plus faible après une demi-heure de vélo.

ginseng-siberien-supplementginseng-siberie-endurance

La supplémentation a augmenté leur absorption maximale d’oxygène de 9 %. Il n’y a pas eu d’effets secondaires graves, bien qu’un sujet se soit plaint d’insomnies pendant la période de supplémentation.

Conclusion sur le Ginseng Sibérien

“La supplémentation en Eleutherococcus senticosus semblait effectivement améliorer le temps d’endurance lors d’exercices sous-maximaux intenses avec des augmentations concomitantes de la disponibilité et de l’utilisation des acides gras libres de préférence au glucose pour les demandes énergétiques cellulaires”, résument les chercheurs. “On en conclut que l’Eleutherococcus senticosus est une aide ergogénique nutritionnelle efficace pour les personnes qui effectuent des exercices d’endurance, mais les mécanismes exacts impliqués doivent être étudiés plus avant.”

Source de l’article: Siberian ginseng: endurance capacity up by 23 percent

Source Ergo-log: Chin J Physiol. 2010 Apr 30;53(2):105-11.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

Références bibliographiques

B. T. Gaffney, H. M. Hügel, P. A. Rich, The effects of Eleutherococcus senticosus and Panax ginseng on steroidal hormone indices of stress and lymphocyte subset numbers in endurance athletes, Life Sci. 2001 Dec 14;70(4):431-42.

E. D. B. Goulet, I. J. Dionne, Assessment of the effects of eleutherococcus senticosus on endurance performance, Int. J Sport Nutr. Exerc Metab. 2005 Feb;15(1):75-83.

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

1 commentaire

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.