L’acide carnosique, l’aide minceur potentiel du romarin

6 Commentaires

L’acide carnosique est utilisé dans les dentifrices, la viande transformée, les pizzas et les sauces. Il est surtout naturellement retrouvé dans les herbes et épices ordinaires et fonctionnerait plutôt bien comme agent conservateur biologique. L’acide carnosique pourrait également être considéré comme une aide minceur intéressante, comme l’a écrit un diététicien nutritionniste coréen* dans le Journal of Cancer Prevention.

L’acide carnosique

acide-carnosiqueL’acide carnosique est un diterpène retrouvé dans certains végétaux tels que le romarin par exemple. Sa formule structurelle est présentée ci-contre.

Oui, l’étude scientifique dont nous allons vous parler aujourd’hui a été réalisée in vitro. En effet, un grand nombre de substances qui présentent des effets intéressants sur les cellules dans les laboratoires en Asie n’ont pas nécessairement le même effet sur les humains.

La raison pour laquelle nous pensons que cette étude vaut la peine d’être considérée, c’est qu’il est facile pour les fabricants de suppléments d’utiliser de l’acide carnosique. Il existe depuis des années comme agent de conservation biologique. La toxicité de l’acide carnosique a été étudiée en détail et dans l’UE, la molécule est considérée comme sûre. [The EFSA Journal (2008) 721, 1-29.]

Donc, nous y voilà. D’un coup, l’étude coréenne est devenue beaucoup intéressante.

L’étude de laboratoire sur l’acide carnosique

Les chercheurs ont exposé de jeunes cellules adipeuses flottant dans un liquide composé de diverses concentrations d’acide carnosique. La molécule a inhibé la croissance et le développement des cellules adipeuses. Au plus la concentration d’acide carnosique était élevée, au moins les cellules étaient riches en graisse.

acide-carnosiqueL’acide carnosique a inhibé la fabrication de la protéine PPAR-gamma que les cellules adipeuses utilisent pour «reconnaitre» les acides gras. Il a également fait de même avec la SCD1, une enzyme qui synthétise l’acide oléique dans les adipocytes. Des indices ont démontré que lorsque l’obésité est impliquée – ou certaines formes malignes de cancer – l’activité de l’enzyme SCD1 (acide gras désaturase) devient trop élevée.

acide-carnosiquemetabolisme-de-l-acide-carnosique

Conclusion

Le potentiel anti-cancéreux de l’acide carnosique s’est révélé probable. Peut-être s’agit-il d’une aide minceur ou peut-être des deux. Par la suite, nous vous donnerons plus d’informations. Nous n’allons peut-être pas trouver d’expérience clinique réalisée sur l’être humain mais il serait déjà intéressant de pouvoir discuter d’une étude réalisée sur l’animal.

Source de l’article: Carnosic acid: potentiel slimming aid from Rosemary

Source Ergo-Log: J Cancer Prev. 2015 Mar;20(1):41-9.

* Il s’agit ici d’un diététicien nutritionniste clinicien, titulaire d’un doctorat.

————————-

Note: Sur Espace Corps Esprit Forme, nous connaissons déjà bien le romarin mais pour des considérations scientifiques en relation à l’acide ursolique dont l’effet sur l’hypertrophie musculaire et le potentiel anti-cancérigène sont attestés. Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur l’acide carnosique en traitant d’une autre épice, le thym. Le thym renferme également de l’acide ursolique et carnosique mais nous en apprendrons plus sur son action au niveau cellulaire, hormis l’influence de ce dernier sur les protéines PPAR gamma. Concernant le romarin, rappelez-vous d’abord qu’il contient du camphre en forte quantité pour certaines variétés bien spécifiques et qu’il s’agit d’un poison pour notre organisme. Je ne peux que vous déconseiller toute consommation de romarin riche en camphre en grande quantité sur la durée, il en va de votre santé. Cependant, la plupart des variétés de romarin ne renferment pas de camphre de manière excessive.

Après tout ceci, je possèderais assez d’éléments pour rédiger un article sur l’épissage cellulaire, comme prévu depuis fort longtemps maintenant. Cet article reviendra sur l’acide ursolique, expliquant comment il agit et pourquoi il s’avère particulièrement intéressant pour le bodybuilding et la croissance musculaire. Pour ceux qui sont de ma génération, nous aurons l’occasion de parler du personnage qui popularisa cette molécule et qui s’était fait connaitre pour bien autre chose que l’acide ursolique. Toujours est-il que l’on peut considérer le romarin comme un condiment à ranger dans la catégorie de la recomposition corporelle. Ces derniers sont particulièrement rares, plus efficaces et sans le potentiel probablement néfaste du CLA à forte dose.

Donc, si l’on vous dit qu’ils ont la santé les fruits et les légumes frais, pensez que c’est également le cas pour certains condiments et épices, peut-être encore bien plus que pour les fruits et légumes.

Mais d’ici là, je ne peux que vous inviter à développer votre culture physique !

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

6 Commentaires

  1. Enzo -  31 juillet 2017 - 12 h 07 min

    Bonjour Éric
    Pourrai je vous demander le top 5 des compléments vraiment utile selon vous.

    • Eric -  1 août 2017 - 8 h 22 min

      Bonjour Enzo,

      Merci pour votre commentaire. Parler d’un Top 5 des compléments est un peu difficile car cela dépend beaucoup de ton activité, de ce que tu manges, etc. Il n’y a pas vraiment de réponse universelle à cette question. Cependant, certains se détachent, dans le cadre des sports de musculation évidemment.

      1. Les protéines. Elles sont utiles afin d’assurer un apport de 2,2g/kg/protéines par jour. C’est un peu une assurance d’en avoir suffisamment.
      2. Les multivitamines. Ce sont des cofacteurs indispensables à l’énergie et à la croissance musculaire
      3. La créatine pour gagner en masse musculaire
      4. Les acides aminés et les BCAA en particulier car ils participent à la croissance musculaire (surtout la leucine)
      5. Le magnésium car il est indispensable à l’énergie et à la récupération

      Voilà !
      @ bientôt,
      Eric Mallet

      https://www.espacecorps-espritforme.fr/
  2. ROUSSEL -  17 juin 2019 - 20 h 00 min

    j’ai lu de nombreux articles sur le faible taux d’absorption de complements comme les vitamines l’acide ursolique ect
    je me demande s’il n’est pas préférable de se contenter d’une bonne alimentation de fruits légumes frais

    • Eric -  17 juin 2019 - 21 h 35 min

      Bonjour Jacques,

      C’est justement l’objet d’Espace Corps Esprit Forme, de présenter les faits de manière objective en fonction des études scientifiques qui ont été réalisées sur de nombreux critères, notamment sur l’assimilation et la biodisponibilité des nutriments. Impossible de vous donner une réponse globale sur les vitamines mais sur l’acide ursolique, plusieurs études attestent de ses effets de recomposition, même avec un taux d’assimilation particulièrement faible.

      Sportivement,
      Eric Mallet

      https://www.espacecorps-espritforme.fr/

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.