L’effet anabolisant de la dileucine serait plus important que celui de la leucine

Les bodybuilders connaissent très bien la leucine. Ils savent tout de cet acide aminé essentiel, qui active les molécules responsables de signaux anaboliques dans les cellules musculaires et – si les autres acides aminés disponibles sont suffisants – accélère la croissance des protéines musculaires. Martin Purpura et Jäger du cabinet de recherche Increnovo ont découvert que le dipeptide de la leucine, dileucine, stimule plus fortement la synthèse des protéines musculaires que la leucine ordinaire.

Brevet sur la dileucine déposé par Purpura Jager

La présence du peptide dileucine

Nous allons le dire tout de suite. Purpura et Jäger ont breveté leur invention, et ce brevet n’expirera probablement pas avant 2039: [US11026991B2]. Jäger et Purpura sont également co-auteurs de l’étude humaine qui a été publiée dans le Journal of Applied Physiology, dont il est question dans cet article.

La dileucine est un dipeptide, qui consiste en deux molécules de leucine liées ensemble. L’idée qu’une telle molécule fonctionne mieux que la leucine ordinaire n’est pas tout à fait étrange. L’organisme absorbe mieux les di- et tripeptides que les acides aminés libres ordinaires.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La leucine augmenterait les effets anabolisants d’un repas post-entraînement de 16%

Leucine en poudreUn shake post-entraînement contenant une protéine de lactosérum et des glucides simples permettrait d’obtenir plus de protéines musculaires si vous ajoutez de la leucine. Des biologistes de l’Université de Maastricht aux Pays-Bas l’affirment après une expérience réalisée avec 8 étudiants masculins.

Les chercheurs ont demandé à leurs sujets, qui d’ailleurs ne faisaient pas régulièrement de musculation, qu’ils entraînent leurs jambes sur la presse à cuisses et les extensions des jambes. Immédiatement après la séance d’entraînement, ils ont reçu un mélange contenant environ 250 ml d’une boisson pour sportifs. Une demi-heure plus tard, ils en ont pris un autre et 30 minutes plus tard, encore un autre. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que les sujets aient bu un total de 11 verres sur une période de 6 heures.

Comparaison glucides, glucides + protéines et glucides + protéine + Leucine en post-entraînement

En savoir plus »
Aucun commentaire

Protéine et Croissance musculaire, mTOR et Leucine avec Gabrielle Lyon et Mike Mutzel

Dans cette vidéo, nous retrouvons Gabrielle Lyon en compagnie de Mike Mutzel, auteur de plusieurs ouvrages sur la nutrition aux USA dont The Belly Fat Effect. Il travaille en compagnie des plus grands spécialistes de la médecine fonctionnelle, de la nutrition et de l’industrie du fitness. Nous le retrouvons avec Gabrielle Lyon pour évoquer une question qui intéresse les athlètes du bodybuilding de près, celui de la Leucine et de la protéine signal mTOR.

Le Dr. Gabrielle Lyon est spécialisée dans le domaine des protéines et du métabolisme

Pour ceux qui n’aurait pas visionné la première vidéo, le Dr. Gabrielle Lyon est une praticienne spécialisée dans la nutrition et le métabolisme. Elle pratique une médecine qu’elle qualifie de « centrée sur le muscle » (ou Muscle-centric Medicine) qu’elle considère comme l’organe de la longévité. Sa pratique médicale se base sur une considération holistique de l’organisme de ses patients, considérant des interventions nutritionnelles personnalisées, en fonction du métabolisme et de la génétique de chaque personne. Mais pour l’instant, je vous laisse avec la transcription de cette vidéo où nous allons en apprendre plus sur le rapport entre la Leucine et son rôle de signalisation par l’intermédiaire de l’enzyme mTOR.

En savoir plus »
Aucun commentaire

De la Leucine après l’entraînement pourrait-elle augmenter la concentration d’IGF-1 dans les cellules musculaires ?

Le néflier du Japon une source d'acide ursolique

Le Néflier du Japon, une source d’acide ursolique…

Prendre quelques capsules de Leucine ou d’acide ursolique après une séance d’entraînement et rien d’autre ne changera sans doute pas grand chose pour les bodybuilders et autres athlètes de force. Du moins, c’est ce que les scientifiques du sport américains ont écrit dans le Journal of American College of Nutrition. Leurs études chez l’homme suggèrent que ces stratégies de supplémentation ne conduisent pas à une plus grande croissance musculaire, même si l’administration de leucine conduit à une augmentation spectaculaire de l’IGF-1 intramusculaire dans les cellules musculaires.

L’expérience scientifique sur la Leucine et l’acide ursolique

Les chercheurs ont demandé à neuf hommes, qui avaient tous de l’expérience en musculation, d’entraîner leurs jambes à trois occasions différentes. Immédiatement après la séance d’entraînement, les hommes ont pris un placebo, un supplément contenant 3 grammes de leucine ou un supplément contenant 3 grammes d’acide ursolique.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Si la Leucine ne stimule pas la croissance musculaire, essayez de l’associer à la Glycine

Représentation en 3D de la glycineLes bodybuilders et fans de fitness connaissent la Leucine. De nombreuses études ont montré qu’elle stimule les processus anabolisants des cellules musculaires mais d’autres études scientifiques pourraient suggérer que la Leucine n’est pas toujours efficace. Le vieillissement, les longues périodes d’inactivité et d’autres conditions au cours desquelles le corps produit de grandes quantités de facteurs inflammatoires et d’oxydants pourraient éliminer l’effet anabolisant de la Leucine. Dans ces circonstances, l’ajout de Glycine comme complément pourrait offrir une solution. C’est ce que des physiologistes australiens ont découvert.

Leucine et Glycine

La Leucine stimule l’anabolisme cellulaire mais elle n’est pas miraculeuse pour autant. La Leucine ne travaille qu’avec les autres acides aminés et probablement pas durant les périodes de restriction calorique.

En savoir plus »
2 Commentaires

Les effets anabolisants associés de l’EPA et du HMB

L’acide gras Oméga 3 EPA {acide eicosapentaénoïque} pourrait améliorer le léger effet anti-catabolique du métabolite de la leucine, le HMB [formule structurelle ci-dessous à droite]. Les pharmacologues de l’Université d’Aston en sont arrivés à cette conclusion après avoir réalisé une étude sur animaux, publiée dans Cancer Research en 2005.

Synthèse du HMBLa Leucine s’oxyde plus facilement que les autres acides aminés. C’est probablement pour cela que les cellules musculaires développèrent des mécanismes anti-cataboliques qui sont activés quand la cellule détecte les molécules de conversion de la Leucine. Mais quels sont ces métabolites exactement ? A vrai dire, ce n’est pas encore très clair. Nous savons cependant que l’acide bêtahydroxy-méthylbutyrique, le HMB en abrégé, en fait partie. Les chercheurs qui ont lancé le HMB sur le marché à la fin des années 90 en attendait beaucoup. Pourtant les études ont abaissé la valeur de leurs attentes. Toujours est-il que le HMB inhibe les processus de dégradation des protéines.

En savoir plus »
Aucun commentaire

7,12 g de Leucine par jour réduirait la perte de muscle chez les personnes âgées

Représentation moléculaire de la leucineAlors que nous vieillissons, nous perdons progressivement de la masse musculaire, c’est la sarcopénie. Comment et pourquoi le processus de vieillissement entraîne la réduction de cette masse de muscles, les scientifiques ne savent toujours pas exactement pourquoi. Mais peut-être savent-ils maintenant comment arrêter, sinon freiner le processus. En effet, la première chose à faire serait de vous assurer que vous prenez suffisamment de L-Leucine en consommant des aliments riches en protéines chaque jour. Selon le nutritionniste australien Cameron Keith McDonald, une dose quotidienne de 7,12 g de Leucine serait suffisante pour arrêter la perte musculaire liée à l’âge.

L’étude sur la leucine

Cameron K. McDonald, chercheur à l’Université du Queensland, a analysé des données sur 368 danois âgés de 35 à 65 ans. Les sujets danois avaient participé à une étude sur les maladies cardiovasculaires et avaient été médicalement suivis pendant six ans. Avant le début de l’étude et à la fin, les chercheurs avaient mesuré la composition corporelle des participants. En outre, ils savaient si ces derniers faisaient de l’exercice ainsi que la quantité de protéines et de l’acide aminé L-Leucine qu’ils consommaient.

En savoir plus »
2 Commentaires