Les alpha-cétoacides donneraient plus d’énergie aux athlètes

Nous discutions dernièrement des cétoacides sur les réseaux sociaux mais ce sont, à vrai dire, des composés organiques bien moins connus que leurs proches cousins, les acides aminés. Effectivement, les acides aminés peuvent être désaminés pour former des alpha-cétoactides (bêta et gamma) à l’aide d’enzymes, les désaminases. C’est l’une des étapes de la néoglucogenèse qui mène vers le glucose au cours du catabolisme de ces mêmes acides aminés. N’oublions pas que le catabolisme des acides aminés (et des acides gras) s’accentue lorsqu’il y a un manque de glycogène et donc, que votre alimentation en glucides est insuffisante. D’autre part, vous avez sans doute déjà rencontré des acides aminés liés à des cétoacides, comme par exemple pour l’arginine alpha-cétoglutarate ou l’ornithine (AKG ou OKG). Votre organisme peut aussi procéder à l’opération inverse, c’est à dire d’ajouter un groupe amine aux cétoacides afin de retrouver des acides aminés. Nous verrons que cela pourrait être intéressant sur le plan de la performance dans un prochain article. Mais revenons à cette traduction d’Ergo-log relatant une expérience allemande où des athlètes ont reçu des cétoacides en suppléments, en lieu et place d’acides aminés standards.

————————–

cetoacideLes alpha-cétoacides sont des produits intermédiaires formés au cours du processus de transformation des acides aminés en énergie par les cellules. Si vous donnez ces molécules intermédiaires aux athlètes comme supplément, ils améliorent leurs performances pendant l’entraînement. C’est ce qu’ont découvert des scientifiques du sport à l’Université d’Ulm en Allemagne. L’alpha-cétoglutarate [formule structurale montrée ici] en particulier fonctionnerait bien.

Plus le corps brûle d’acides aminés, plus il y a d’éléments constitutifs disponibles pour les muscles, mais en même temps, la quantité d’ammoniac dans le sang augmente également. Cette dernière cause de la fatigue. Les athlètes peuvent prévenir cela en augmentant leur apport en glucides mais les excès ne sont pas non plus très sains. Les scientifiques du sport étaient à la recherche d’alternatives et les acides alpha-cétoacides pourraient bien l’être.

Les alpha-cétoacides sont liés au catabolisme et à la synthèse des acides aminés

Les acides alpha-cétoacides aident à réduire la concentration d’ammoniac dans le sang. Les enzymes fixent l’ammoniac aux alpha-cétoacides et, ce faisant, les transforment en acides aminés. L’alpha cétoglutarate par exemple, est converti en glutamate. Vous faites donc d’une pierre deux coups : vous donnez plus d’acides aminés à vos muscles et vous réduisez la fatigue. Note EM: [L’oxydation des acides aminés est réversible jusqu’aux cétoacides].

Ça a l’air génial en théorie. Mais est-ce que cela fonctionne dans la pratique ? C’est ce que les Allemands voulaient tester. Ils ont réalisé leur test clinique avec un groupe d’hommes en bonne santé mais non-sportifs, d’une vingtaine d’années, pour un entraînement de quatre semaines. Cinq jours par semaine, ils devaient courir pendant une demi-heure, puis faire trois sprints.

Les chercheurs ont divisé leurs sujets en trois groupes. Un groupe a reçu un placebo, le deuxième groupe a reçu de l’alpha cétoglutarate et le troisième des BCKA (BCAA céto-acides). Les sujets ont pris leurs suppléments à peu près au même moment que l’entraînement – deux heures avant et deux heures après l’entraînement. Les suppléments étaient pris sous forme de granules, emballés dans des sachets. Les sujets devaient les dissoudre dans l’eau. Les suppléments ont été fournies par la société française Evonik Rexim.

Une expérience clinique avec un supplément de BCKA, d’alpha-cétoglutarate et placebo

Les hommes du groupe alpha-cétoglutarate prenaient 0,2 g d’alpha-cétoglutarate [AKG] par kg de poids corporel chaque jour. Pour être précis : ils ont pris 127 mg d’alpha-cétoglutarate/kg/jour sous une forme liée au sodium et 73 mg/kg/jour sous une forme liée au calcium. En incluant le calcium et le sodium, les hommes ont pris un supplément quotidien de 0,24 g/kg.

Les hommes de l’autre groupe expérimental ont pris 0,2 g de céto-BCAA [BCKA] par kg de poids corporel par jour. Il s’agissait de 47 % d’alpha-céto isocaproate [l’analogue céto de la Leucine, qui est converti dans l’organisme en HMB], 30% d’alpha-céto isovalérate [l’analogue céto de la Valine] et 23 % d’alpha-céto méthylvalerate [l’analogue céto de l’Isoleucine]. Le premier composé de la liste ci-dessus était lié au sodium, les deux autres étaient liés au calcium. En incluant le calcium et le sodium, les hommes ont pris un supplément quotidien de 0,23 g/kg.

Les hommes des groupes qui ont pris des suppléments ont manqué moins de séances d’entraînement. Au cours de la quatrième semaine d’expérience, le temps total d’entraînement des personnes des groupes expérimentaux était beaucoup plus élevé. C’est ce que montre les chiffres ci-dessous. Les sujets des groupes qui ont pris des suppléments ont trouvé l’entraînement moins fatigant. Cela leur a permis de continuer plus longtemps.

cetoacides

Avant la période d’entraînement, immédiatement après et une semaine plus tard [après la récupération], les chercheurs ont mesuré le couple et la puissance que les sujets pouvaient développer avec leurs muscles des jambes. Pour ce faire, ils ont utilisé un dynamomètre biodex isocinétique. Les groupes qui avaient pris des suppléments ont obtenu de meilleurs résultats que le groupe témoin, comme le montre le graphique ci-dessus.

La valeur p était plus petite dans le groupe AKG que dans le groupe BCKA. Cela signifie que le groupe AKG a réagi de manière un peu plus convaincante que le groupe BCKA. Les suppléments n’ont eu aucun effet sur l’absorption maximale d’oxygène.

“La supplémentation nutritionnelle en alpha-cétoacides chez des sujets sains et non entraînés a considérablement amélioré la tolérance à l’exercice, les effets de l’entraînement et l’état de récupération du stress “, concluent les chercheurs. Ils pensent que les suppléments en alpha-cétoacides peuvent aider les athlètes débutants qui ont souvent de la difficulté à se motiver pour continuer à faire du sport, afin qu’ils n’abandonnent pas si facilement.

Source de l’article: Alpha-keto acids give athletes more energy

Source Ergo-log: J Int Soc Sports Nutr. 2012 Aug 2;9(1):37.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les buveurs de café présenteraient un taux plus élevé de testostérone et plus bas d’œstradiol

Les personnes qui boivent quelques tasses de café par jour auraient plus de testostérone et moins d’œstradiol dans le sang que les non buveurs de café. Les épidémiologistes de l’Université d’Harvard écrivent ceci dans l’American Journal of Clinical Nutrition. C’est une analyse qui mérite d’être remarquée par ceux qui doutent encore que le café ne soit pas autre chose qu’un simple stimulant.

L’analyse sur les buveurs de café

Les chercheurs ont utilisé les données de 17 881 femmes et 8 848 hommes qui ont été recueillies dans le cadre de la Nurses’ Health Study and the Health Professionals. Les chercheurs se sont penchés sur la consommation de café en général, mais aussi séparément sur le café avec et sans caféine. Toutes ces analyses ont abouti aux mêmes conclusions. Les effets du café étudiés dans cette analyse seraient donc indépendants des effets de la caféine. Ils pourraient être l’œuvre des phénols du café comme l’acide chlorogénique.

Résultats de l’analyse sur les effets du café

Les chercheurs ont retrouvé plus de testostérone et moins d’œstradiol dans le sang des participants à l’étude qui buvaient au moins une tasse de café par jour que dans le sang des non buveurs de café. Ces différences étaient statistiquement significatives.

cafe-testosterone-ostradiol

Les chercheurs se sont également penchés sur l’adiponectine – une hormone de régulation des graisses et du glucose – et le facteur inflammatoire CRP. Dans le sang des buveurs de café qui prenaient 4 tasses ou plus de café par jour, ils ont trouvé 16,6 % moins de CRP et 9,3 % plus d’adiponectine.

Conclusion sur les effets du café

“Notre étude indique que la consommation de café est associée à un profil favorable de biomarqueurs plasmatiques ou de voies métaboliques (…) “, concluent les chercheurs. “De futures études prospectives et interventionnelles sont justifiées pour confirmer nos conclusions.”

Source de l’article: More testosterone and less estradiol in coffee drinkers

Source Ergo-log: Am J Clin Nutr. 2019 Mar 1;109(3):635-47.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Perdre du poids serait plus efficace avec une protéine riche en taurine et en glycine

taurine-acide-amineSi vous cherchez à perdre quelques kilos de gras, un régime à haute teneur en protéines est souvent la meilleure option. Mais quel est le meilleur type de protéines pour la perte de poids ? Selon des chercheurs scandinaves, les meilleures protéines amincissantes se trouveraient dans les coquillages. Celles-ci contiennent des quantités relativement importantes de taurine et de glycine.

L’étude animale réalisée à partir de plusieurs types de protéines

Les chercheurs ont effectué des expériences avec cinq groupes de souris. Quatre groupes ont été nourris pendant six semaines avec un régime alimentaire qui les rendait plus gros : il contenait beaucoup de sucre et de graisse. Un groupe témoin a reçu une alimentation riche en sucre et faible en graisse.

glycine

La glycine !

La protéine contenue dans le régime faible en graisse était la caséine. Dans les quatre groupes expérimentaux, la protéine provenait soit du poulet, de la morue, du crabe ou du pétoncle. Le pétoncle est un mollusque; et les chercheurs ont utilisé le pétoncle canadien (Placopecten magellanicus).

Les chercheurs voulaient savoir quel effet les différentes protéines avaient sur l’obésité. Des indices nous laissent penser que certaines protéines seraient meilleures que d’autres pour réduire les dépôts excessifs de graisse. Par exemple, une étude de 2009 suggère qu’il serait plus facile de perdre du poids en faisant du poisson maigre votre principale source de protéines plutôt que de la viande maigre.

taurine

La taurine !

Les protéines du poisson contiennent de grandes quantités de taurine. Toutes les protéines des créatures marines contiennent de grandes quantités de taurine et de glycine.

La protéine de crabe contient plus de taurine et de glycine que le poisson, mais la meilleure source de taurine et de glycine est la chair de crustacés. Le tableau ci-dessous montre la quantité [en gramme par kg] de taurine et de glycine pour les cinq types d’aliments dont les Scandinaves nourrissaient leurs souris.

proteine-obesite

Les résultats de l’étude

Pour faire court : plus les souris ingèrent de glycine et de taurine, moins elles accumulaient de graisse corporelle. Les souris qui tiraient leurs protéines des mollusques et crustacés étaient devenues plus minces malgré une alimentation riche en graisses et en sucres. Elles n’ont pas perdu de masse corporelle maigre non plus.

proteine-poisson-obesite

Les chercheurs ne savent pas dire pourquoi une protéine riche en taurine et en glycine faciliterait la perte de poids

La glycine et la taurine ont donc un effet amincissant. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Les chercheurs ne le savent pas. Un régime à base de mollusques et crustacés avait un peu réduit l’appétit mais ils n’ont pas su déterminer si la glycine et la taurine réduisaient la quantité d’énergie provenant des aliments ou si elles augmentaient la combustion des calories. Précisons que l’étude a été financée par le gouvernement norvégien, le secteur des coquillages et Novo Nordisk.

Source de l’article: The best high-protein slimming diet contains lots of taurine and glycine

Source Ergo-log: Amino Acids. 2014 Jul;46(7):1659-71.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’effet anti-catabolique de la glycine

La plupart des fabricants d’aliments ou de compléments alimentaires pour sportifs ne font rien avec l’acide aminé glycine. Pour eux, la glycine est au mieux un agent de remplissage trop onéreux. Mais cette image n’est pas justifiée, selon une étude animale que des physiologistes de l’Université de Melbourne ont publiée dans Clinical Nutrition. Selon leur étude, la glycine présenterait un effet anti-catabolique.

La Glycine soutient plusieurs fonctions essentielles de l’organisme

Le tableau ci-dessous résume ce que nous savons sur la façon dont le corps humain métabolise la glycine. La glycine sert de matière première pour les sels biliaires, les purines, le glutathion et même le glucose. Elle peut aussi être créée à partir d’autres acides aminés.

glycine-fonctions

Effet sans doute moins connu, la glycine inhibe les processus inflammatoires [Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2003 Mar;6(2):229-40.] et protège le tissu musculaire lorsque la circulation sanguine faiblit. En raison de ces effets, le chercheur australien, Daniel Ham s’est demandé si la glycine pouvait aider à combattre la cachexie : les processus cataboliques qui surviennent dans les formes avancées de cancer. Si c’était le cas, la glycine pourrait être considérée comme un anti-catabolique.

L’étude sur la glycine et des cellules cancéreuses

Daniel Ham a injecté des cellules tumorales agressives à des souris. Puis il leur a administré des injections quotidiennes de glycine. La glycine est facilement absorbée par voie orale, de sorte qu’il est possible de la mélanger à de la nourriture. Mais Ham a utilisé des injections pour contourner le problème de la baisse d’appétit due au cancer. La dose quotidienne était de 1 gramme de glycine par kg de poids corporel. Pour un homme adulte, le dosage s’élèverait entre 7 à 10 grammes de glycine par jour.

Les résultats de l’étude

L’administration de glycine a protégé la masse musculaire de la dégradation tout en empêchant une diminution de la force musculaire. C’est ce que Daniel Ham a observé après trois semaines.

glycine-anti-catabolique

La supplémentation en glycine a inhibé l’activité des gènes cataboliques tels que l’Atrogin-1 dans les muscles.

Ham a répété ses expériences avec les acides aminés L-Alanine et L-Citrulline. Ceux-ci n’offraient aucune protection aux muscles. La glycine a également inhibé la croissance des tumeurs mais aucun des autres acides aminés n’a eu cet effet. La citrulline a en fait accéléré la croissance de la tumeur.

glycine-acide-amine-anti-catabolique

Conclusion de l’étude sur le potentiel anti-catabolique de la glycine

“Quel que soit le mécanisme spécifique qui a lieu ici, la glycine représente un traitement potentiel de la cachexie cancéreuse, soit isolément, soit en combinaison avec d’autres nutriments “. C’est ce que concluent les chercheurs. “La glycine offre une protection contre la réduction de la taille et de la fonction des muscles squelettiques induite par le cancer. Elle réduit le fardeau oxydatif et inflammatoire, réduit l’expression des gènes associés à la dégradation des protéines musculaires dans la cachexie du cancer”.

Il est possible que la glycine ait des effets similaires chez les athlètes. Les formules de pré-entraînement contenant – par exemple – de la glycine et des BCAA pourraient s’avérer intéressants pour la progression des culturistes.

Source de l’article: The anticatabolic effect of glycine

Source Ergo-log: Clin Nutr. 2014 Jun;33(3):448-58.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Plus de L-Arginine, plus de muscle, moins de graisse ?

l-arginineCet article sur l’arginine date de 2009 mais je tenais à vous en donner la traduction car il a le mérite de mettre à jour certaines bases fondamentales du métabolisme des acides aminés et de la L-Arginine en particulier. Comme nous l’avons déjà vu, l’arginine a bien d’autres rôles que de stimuler la vasodilatation. Plusieurs articles sur Espace Corps Esprit Forme ont déjà été traduits à cette fin. Cependant, la capacité de votre organisme à assimiler l’arginine (et de passer l’intestin en quantité suffisante) reste assez limitée, comme la plupart des acides aminés protéiques. C’est précisément sur ce point que la citrulline est plus efficace que l’arginine. Autre avantage de la L-Citrulline, c’est qu’elle est justement précurseur de l’arginine. J’aurais l’occasion de vous en reparler prochainement mais pour l’instant, je vous laisse avec l’article d’Ergo-log…

———————————

Donnez de la L-Arginine à des rats dans leur alimentation et ils deviendront plus minces et plus musclés. Même si vous leur donnez plus de calories, ils développent moins de graisse et plus de muscles. C’est du moins, ce qu’écrivent des chercheurs de la Texas A&M University dans le Journal of Nutrition.

De nombreuses études ont été publiées ces dernières années sur les propriétés hypolipidémiantes de la L-Arginine. Certaines d’entre-elles présentaient un groupe de femmes qui suivaient un régime associé à 8 grammes de cet acide aminé où elle perdaient du gras sans perdre de masse musculaire. Une autre étude avait mélangé de la L-Arginine avec de la nourriture pour porcelets. Ils étaient devenu plus maigres et musclés.

L’Arginine utiliserait plusieurs voies cellulaires pour stimuler la recomposition corporelle

Il y a plusieurs théories en circulation sur le processus de recomposition corporel de la L-Arginine. L’un d’entre eux affirme que l’acide aminé permettrait aux récepteurs des androgènes de fonctionner plus efficacement. Une autre stipule que l’arginine augmenterait la croissance musculaire via l’oxyde nitrique, le ‘bon radical libre’ en quelque sorte. Ou peut-être que la L-Arginine augmenterait l’activité de la guanosine monophosphate cyclique [cGMP] dans les muscles, de sorte qu’ils brûlent plus de graisses et de sucres mais moins de protéines.

Les chercheurs de la Texas A&M University ont récemment découvert un autre mécanisme. Ils ont découvert que “la supplémentation alimentaire en L-Arginine réduisait sélectivement la masse grasse blanche tout en augmentant l’expression des gènes de la protéine kinase activée par l’AMP et le PGC-1α (un régulateur essentiel de la biogenèse mitochondriale)”.

Une étude qui confirme l’intérêt de la L-Arginine… sur des rats

Dans la publication commentée ici, les chercheurs décrivent les expériences qu’ils ont faits avec quatre groupes de rats. Un groupe a reçu une alimentation pauvre en graisses {LF}. Les rats sont restés minces. L’autre groupe a reçu une diète contenant 40% de matières grasses {HF}, le genre de régime qui vous donnera des rats bien gras.

Lorsque les rats ont atteint leur 19ème semaine, la moitié des rats {LF} et la moitié des rats {HF} ont reçu 1,5 % de L-arginine dans leur nourriture. En termes humains, une personne qui consomme 2500 kilocalories par jour consommerait 9,4 g de L-Arginine. Les autres rats ont reçu de la L-Alanine, un acide aminé qui n’a aucun effet sur la perte de graisse.

L’arginine n’a eu pratiquement aucun effet sur le poids corporel mais elle a affecté la composition corporelle.

l-arginine

Le tableau ci-dessus montre les effets sur les rats {HF}. Ils ont développé plus de muscle, moins de graisse blanche et plus de graisse brune. La graisse brune est le tissu graisseux actif qui brûle les graisses. Le supplément de L-Arginine a eu un effet similaire sur les souris qui avaient reçu des aliments pauvres en graisses et qui n’avaient pas pris de poids.

arginine-recomposition-corporelle

L’arginine avait amélioré l’action de l’insuline, comme les chercheurs l’ont découvert. Les muscles des rats supplémentés en L-Arginine avaient absorbé plus de sucres. Lorsque les chercheurs ont analysé le sang de ces rats, ils ont aussi constaté des niveaux inférieurs d’acides aminés utilisés par l’organisme pour la synthèse des protéines. Cela indique que des processus anabolisants sont à l’œuvre, suggèrent les chercheurs. Il est alors probable que la L-Arginine renforce le stimulus anabolique sur la croissance musculaire.

Pourtant, il n’existe toujours pas assez de preuves concluantes sur le rôle tenu par la L-Arginine sur la recomposition corporelle. Cela n’empêche pas les fabricants de suppléments de continuer d’en mettre dans les suppléments censés avoir un effet amincissant ainsi que leurs mélanges protéine/créatine.

Si seulement les gens étaient fait comme des rats, vous pourriez acheter tout ce dont vous avez besoin dans votre boutique de suppléments afin de gagner la compétition de bodybuilding que vous voulez remporter…

Source de l’article: More Arginine – more muscles, less fat

Source Ergo-log: J Nutr. 2009 Feb;139(2):230-7.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

HMB et composition corporelle sur des athlètes entraînés

hmb-optimum-nutritionLe HMB fait partie des compléments les plus critiqués, malgré les résultats d’études positifs à moyen terme. Métabolite de la Leucine, le HMB donne pourtant des résultats même si je ne suis toujours pas convaincu qu’il puisse être utile à des athlètes jeunes, ou du moins, avant 45 ou 50 ans. Dans ce cas, la Leucine est certainement plus appropriée ou du moins suffisante, comme plusieurs études cliniques l’ont déjà démontré. Toujours est-il que cela n’en rend pas moins cette étude polonaise intéressante, notamment dans le cadre de la composition corporelle; un sujet toujours aussi peu discuté chez nous mais qui pourtant, vaut plus que son pesant de cacahuètes…

Là-dessus, je vous laisse avec l’article d’Ergo-log.

———————————–

Peu importe le fait que vous fassiez des arts martiaux en pratiquant le karaté, du bodybuilding ou que vous fassiez de l’aviron. Si vous prenez 3 grammes de HMB chaque jour, vous pourriez améliorer votre composition corporelle et votre capacité d’endurance. Le HMB rendrait les athlètes entraînés même plus minces et plus en forme. C’est du moins ce qu’écrivent des nutritionnistes de l’Université de Poznan en Pologne dans un article publié dans le Journal of Strength and Conditioning Research.

L’étude sur le HMB et la composition corporelle

Les chercheurs polonais ont réalisé une expérience avec 58 athlètes masculins, âgés en moyenne de 22 ans. Les athlètes ont pris 3 grammes de HMB chaque jour pendant 12 semaines. À une autre occasion, les athlètes ont reçu un placebo pour une période similaire. Avant et après la période de supplémentation, les chercheurs ont mesuré la composition corporelle des sujets de l’étude ainsi que leur capacité aérobie.

Les résultats de l’expérience après 12 semaines

Au cours de la période de supplémentation en HMB, les athlètes ont gagné une petite quantité de masse maigre alors qu’ils ont perdu une quantité significative de graisse corporelle.

hmb-composition-corporelle

hmb-graisse-corporelle

Lorsque les chercheurs ont fait rouler les sujets sur un ergocyclomètre et ont graduellement augmenté l’intensité de l’effort. Les athlètes ont atteint leur seuil ventilatoire plus tard et à une intensité plus élevée lorsqu’ils avaient pris HMB qu’après la période placebo. Cela signifie essentiellement (et nous faisons un peu un raccourci de pensée ici) que le HMB avait amélioré la condition physique des hommes engagés dans l’expérience.

hmb-athletes

hmb-vo2-max

Le processus par lequel agit le HMB n’est pas connu des chercheurs

D’autres études ont montré que le HMB inhibait la production de l’hormone du stress, le cortisol. Cependant, les chercheurs n’ont pas découvert cet effet ici. Il n’y avait pas non plus de relation claire concernant la concentration de créatine kinase dans le sang – un marqueur de la dégradation musculaire. Les chercheurs n’ont pas été en mesure de déterminer exactement comment le HMB fonctionnait.

Conclusion

Mais la plupart des entraîneurs et des athlètes ne s’en préoccupent pas trop, ont écrit les chercheurs polonais. Le HMB fonctionne, et c’est ce qui compte.

“La supplémentation en HMB peut favoriser à la fois des changements positifs sur la composition corporelle et une augmentation de la capacité aérobique chez les athlètes entraînés”, ont écrit les Polonais. “Notre étude, en raison du large éventail d’indices mesurés et de la population relativement importante d’athlètes entraînés et pratiquant diverses disciplines sportives impliquant différents types d’exercices, peut servir de source fiable d’arguments pour ceux qui envisagent de prendre un supplément de HMB”.

Source de l’article: HMB makes trained athletes even slimmer and fitter

Source ergo-log: J Strength Cond Res. 2016 Sep;30(9):2617-26.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire