Moins de sommeil, moins d’oxygène…

Aucun commentaire

endurance-sommeilLes performances des athlètes d’endurance diminueraient s’ils avaient manqué de trois heures de sommeil la nuit précédente. Le manque de sommeil réduirait leur absorption d’oxygène et perturberait leur rythme cardiaque. C’est ce qu’avait découvert des scientifiques français spécialisés dans le sport au début des années 90.

En 1991, les chercheurs avaient publié les résultats d’une expérience qu’ils ont réalisée avec 7 cyclistes masculins âgés de 25 ans. Les cyclistes ont dû pédaler un certain nombre de fois, en commençant à chaque fois par un échauffement de 10 minutes, puis 20 minutes à 75 % de leur VO2max et enfin ,en pédalant jusqu’à l’épuisement avec une intensité qui augmentait rapidement.

A une occasion, les cyclistes avaient dormi normalement la nuit précédente [spontaneous sleep, control night], à une autre occasion, les chercheurs avaient privé leurs sujets de trois heures de sommeil [partial sleep deprivation, deprived night], et à une autre occasion encore, les chercheurs ont donné aux cyclistes du triazolam, un somnifère. Les chercheurs espéraient que cela améliorerait la qualité du sommeil des sujets, mais cela a échoué. Nous omettons ici les résultats du somnifère.

Un manque de sommeil entraîne un manque d’oxygène et de performances physiques

Le manque de sommeil a réduit l’absorption d’oxygène des athlètes, du moins lorsqu’ils faisaient du vélo à intensité maximale.

sommeil-oxygene-endurance

Le rythme respiratoire des athlètes a augmenté en raison du manque de sommeil, mais cela ne les a pas aidés à absorber de l’oxygène. En raison du manque de sommeil, le rythme cardiaque des athlètes a augmenté. Plus l’intensité de l’effort est grande, plus l’augmentation du rythme cardiaque est importante.

sommeil-exercice-endurance

sommeil-exercice-battements-cardiaques

Le manque de sommeil a également entraîné une augmentation plus importante de lactates pendant les exercices d’intensité maximale.

sommeil-exercice-acide-lactique

Les chercheurs n’ont pas vraiment d’explication pour leurs observations, mais ils savent, grâce à d’autres études, que la privation de sommeil augmente la concentration d’hormones de stress telles que l’adrénaline et la noradrénaline. Les chercheurs pensent que ces hormones sont responsables d’une augmentation du rythme cardiaque et d’une diminution de l’absorption d’oxygène.

Source de l’article: Less sleep, less oxygen

Source Ergo-log: Eur J Appl Physiol Occup Physiol. 1991; 63(2): 77-82.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.