Comment savoir si vous gagnez du muscle ou si vous en perdez ?

Shake de protéine

Image mylifecookbook.com

Après les conférences du FitXperience de Metz et plus précisément, au cours de la conférence de notre physiologiste de l’exercice, William avait évoqué la question de la quantité de protéine à prendre par repas ou par shake de protéine si vous en prenez. Question qui peut paraître évidente de premier abord ou au contraire, complètement floue pour la plupart des pratiquants de la musculation, je me suis dis qu’il faudrait peut-être que je vous offre quelques précisions à ce sujet. Essayons de déterminer ici les différents facteurs biologiques nous permettant de déterminer plus ou moins précisément comment nous pourrions gagner du muscle maigre.

Je vais donc vous proposer de répondre – de manière simple – à cette question, avec la science mais sans forcément rentrer dans les détails insondables de l’hypertrophie de nos myofibrilles. La question est simple, comment savoir si vous gagnez du muscle ou si vous en perdez ? En corollaire, la notion de la quantité de protéines nécessaire à la synthèse des protéines de nos propres fibres musculaires se posera nécessairement. Nous pouvons, au regard des résultats de la recherche scientifique développés depuis une quarantaine d’années, supposer que les besoins en protéines des athlètes de la force sont supérieurs à ceux des sédentaires. Au plus l’intensité des exercices sera élevée, au plus les besoins en bases azotées (comprenez acides aminés) le seront aussi. Cependant, se demander si dans l’absolu il serait préférable de prendre 1,2 ou 1,6g de protéine par kilo de poids de corps est une question stérile puisque l’évolution de la croissance musculaire se fait sur 3 à 5 jours après un entraînement de musculation et que la protéolyse par autophagie intervient également en cas de manque d’acides aminés pour une fonction métabolique précise. L’autophagie est une extraction complexe des bases azotée de nos cellules qui serviront à former d’autres protéines ailleurs (voir ci-dessous). Se baser sur un chiffre précis n’est donc compréhensible que sur la base d’une estimation assez vague et générale.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Longévité Facteur Q10 ?

Tnf-alpha et coenzyme Q10Si vous présentez un taux sanguin de TNF-alpha [à droite] et de CRP (C-reactive Protéine) circulants moins élevé, vous seriez moins susceptible de développer un certain nombre de cancers. Selon une méta-étude chinoise, un moyen de réduire la production de ces facteurs serait de compléter votre alimentation par un supplément de coenzyme Q10,

L’étude scientifique chinoise

Les chercheurs ont analysé 9 études où les patients souffrant de désordres métaboliques comme le surpoids, le diabète et une stéatose hépatique non alcoolique avaient reçus des suppléments de coenzyme Q10. Ils ont rassemblé l’ensemble des résultats et les ont réanalysé.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Des ecdystéroïdes modifiés présenteraient des effets anabolisants augmentés

Structure moléculaire des ecdystéroïdesPeut-être est-il possible que les ecdystéroïdes – un groupe d’hormones stéroïdes anabolisantes d’origine végétale que vous pouvez acheter en tant que complément alimentaire – devraient figurer sur une liste des substances dopantes. C’est ce que des biochimistes allemands écrivaient il y a trois ans. Aujourd’hui, cela n’est pas encore le cas. Mais si les ecdystéroïdes modifiés que des chimistes hongrois ont découverts sont mis sur le marché, cela pourrait changer. En tubes à essai, les effets anabolisants de certains de ces ecdystéroïdes sont trois fois plus importants que ceux des ecdystéroïdes classiques.

Les ecdystéroïdes

En savoir plus »
Aucun commentaire

3 grammes de Glycine pour améliorer le sommeil

Si vous prenez 3 grammes de l’acide aminé Glycine une heure avant d’aller au lit, vous pourriez mieux dormir. Des chercheurs du fabricant japonais Ajinomoto l’ont découvert en effectuant une petite étude avec 19 employées de l’entreprise comme sujets de test.

L’étude sur la Glycine

En 2003, des chercheurs d’Ajinomoto ont découvert que la Glycine améliorait le sommeil. L’entreprise japonaise n’avait encore rien publié à propos de cette étude mais les chercheurs l’ont mentionné dans la publication Sleep and Biological Rhythms en 2006. Ils ont écrit que les sujets de l’expérience étaient des « volontaires en bonne santé ». C’est tout ce que nous savons sur la première étude.

La glycine le premier des acides aminés

En savoir plus »
2 Commentaires

C’est un fait, les glucides vous engraissent: nouvelle étude…

Les pâtes sont une source de glucides ou sucres lentsLa théorie selon laquelle un régime comprenant de nombreux glucides – et en particulier un régime comportant beaucoup de glucides rapidement assimilables – conduit au surpoids et à l’obésité n’est pas nouvelle. Un régime riche en glucides permet aux cellules adipeuses de se développer mais il garantit que le reste du corps reçoit moins d’énergie. C’est ce que dit cette théorie. Les scientifiques de la nutrition de l’Université de Harvard ont publié un article dans The BMJ qui suggère que cette théorie est correcte.

Les glucides, l’insuline et le pourcentage de graisse corporelle

Les chercheurs ont voulu tester le «modèle glucides-insuline», qui décrit comment une alimentation riche en glucides fait grossir l’être humain.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Ça arrive… l’analyse de l’haleine pour détecter les stéroïdes anabolisants est en cours

Représentation moléculaire de la testostéroneLes doping hunters de l’Université allemande du sport de Cologne sont en train de développer un type de test de dopage totalement nouveau. Le nouveau test ne nécessite pas de prélèvements de sueur, de sang, d’urine, de poils ou de salive mais il permettra de détecter l’utilisation de stéroïdes anabolisants et d’autres substances dopantes interdites en analysant le souffle des athlètes.

L’étude sur le processus en question…

Le biochimiste et chasseur de dopage allemand Mario Thevis a publié une étude humaine dans Rapid Communications in Mass Spectrometry, qui fournit une preuve de principe et montre que la détection de substances interdites par l’analyse de l’haleine est possible. Dans la publication, Thevis raconte, entre autres choses, qu’il avait rassemblé un groupe de sujets de test utilisant des substances dopantes, puis qu’il avait analysé leur respiration avec la chromatographie en phase liquide et la spectrométrie de masse associées (LC/MS/MS).

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les caroténoïdes contre l’atrophie musculaire ?

Carottes source de bêta-carotèneSelon une étude japonaise publiée dans le British Journal of Nutrition en 2013, une consommation élevée de caroténoïdes sous forme de bêta-carotène pourrait protéger contre la dégradation musculaire. Les chercheurs, affiliés à l’Université d’Osaka ont administré une dose élevée de bêta-carotène à des souris, un apport qui pourrait s’avérer dangereux chez l’homme. Fort heureusement, il existe des caroténoïdes qui pourraient avoir le même effet anti-catabolique sans pour autant présenter un risque pour la santé.

L’étude scientifique sur le bêta-carotène

Les chercheurs japonais ont coupé les voies nerveuses des membres inférieurs de souris afin que les animaux ne puissent plus utiliser une jambe [Den]. Pour d’autres souris, ils ne l’ont pas fait [Sham]. Durant la première semaine suivant l’opération, les chercheurs ont examiné ce qui se passait dans les muscles dénervés. Ils ont administré quotidiennement une quantité substantielle de bêta-carotène par voie orale à certaines souris [B-Carotene]. D’autres souris ont reçu un placebo [véhicule].

En savoir plus »
Aucun commentaire