Le Ginseng sibérien, amélioration de l’endurance des athlètes

ginseng-siberien-racinesEn 2010, des chercheurs de l’université catholique Fu Jen, dans la capitale taïwanaise Taipei, ont été les premiers scientifiques à démontrer les effets positifs du ginseng sibérien, en latin Eleutherococcus senticosus. Ils ont testé des athlètes d’endurance dans une étude crédible. Ils ont publié leurs résultats dans le Chinese Journal of Physiology.

Le Ginseng sibérien

Les premières indications de l’effet positif du ginseng sibérien sur les athlètes d’endurance sont apparues dans des études russes plus anciennes et difficiles d’accès. Dans ces études, les athlètes d’endurance recevaient plusieurs millilitres d’une solution alcoolique concentrée contenant des extraits de ginseng sibérien une demi-heure avant d’être soumis à un exercice intense, après quoi ils présentaient des performances nettement améliorées.

En savoir plus »
1 Commentaire

Ce que vous devriez savoir avant d’acheter des cétones

cetones-energieSelon les médias, les meilleurs cyclistes utiliseraient des cétones. Grâce à ces compléments alimentaires sportifs, les athlètes pourraient brûler plus de graisses et réaliser des performances de haut niveau, rapportent de nombreux journalistes. Il n’est donc pas étonnant que l’intérêt pour les cétones se développe également dans le domaine du fitness et du bodybuilding. Mais avant d’acheter des cétones, il est bon de comprendre que les compléments cétoniques se présentent sous différentes formes moléculaires.

Les cétones ou corps cétoniques

Les cétones sont des parties de molécules de graisse libérées lorsque le corps convertit les graisses en énergie. Lorsque les gens jeûnent, ou s’ils réduisent considérablement la quantité de glucides dans leur alimentation, la quantité de cétones dans leur sang augmente considérablement. C’est pourquoi un régime strict à faible teneur en glucides est appelé « régime cétonique » ou cétogène. Les deux cétones majoritaires sont l’acide bêta-hydroxybutyrique (BHB) et l’acétoacétate.

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’hespéridine stimulerait la performance sportive

performance-sportive-antioxydants-agrumesCes derniers jours, les rédacteurs d’Ergo-log ont passé en revue différentes études scientifiques et cliniques sur l’hespéridine et son influence sur la performance sportive. Il s’agit donc ici de l’analyse d’une étude réalisée en 2018 par une équipe de chercheurs hollandais sur cette molécule.

Eric Mallet

L’étude des chercheurs hollandais sur l’hespéridine

Les chercheurs du Team NL Innovation Center, une organisation qui développe de nouvelles technologies pour les athlètes néerlandais de haut niveau, ont divisé 39 hommes actifs âgés de 18 à 25 ans en deux groupes. Un groupe a pris un placebo quotidiennement pendant 4 semaines, et l’autre groupe a pris 500 milligrammes d’extrait de Citrus sinensis. Cet extrait était composé à 90 % d’hespéridine ou, plus précisément, d’hespérétine-7-O-rutinoside 2S.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Voici comment l’exercice physique éliminerait les tumeurs

Chaque séance d’exercice physique assez intense fonctionnerait comme une courte séance de chimiothérapie, écrivions-nous récemment. L’exercice physique transformerait le corps en un environnement hostile pour les cellules cancéreuses. Une étude animale publiée en 2016 dans Cell Metabolism par des chercheurs danois nous explique comment le sport s’opposerait aux tumeurs cancéreuses.

L’étude sur l’effet de l’exercice sur les tumeurs cancéreuses

Les chercheurs, qui travaillent à l’université de Copenhague, ont donné à un groupe de souris un accès illimité à un tapis roulant sur lequel les animaux se sont exercés en effectuant environ 4 à 7 kilomètres chaque jour. L’équivalent humain de cette durée d’exercice serait environ d’une heure de cardiotraining. Après que les souris aient couru tous les jours pendant quatre semaines, elles ont reçu une injection contenant des cellules cancéreuses agressives, celles du mélanome B16F10. Deux semaines plus tard, les Danois ont examiné les souris. Les souris du groupe de contrôle n’avaient pas couru.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un extrait de Prunella vulgaris inhiberait l’estradiol via les récepteurs aryl-hydrocarbone

Il y a quelques temps de cela, nous vous avions parlé des extraits anti-œstrogéniques de la plante tropicale Bassaiopsis glomerulata. Ils avaient fait leur chemin dans le supplément nutritionnel de musculation Triazole. Le Triazole contenait également des extraits de la plante Prunella vulgaris (présentée ci-dessous), que l’on trouve couramment en Europe. Note EM: Il s’agit tout simplement de la Brunelle commune. En 2009, des chercheurs américains spécialisés dans le cancer ont publié une étude sur cellules et animaux au cours de laquelle ils ont étudié le fonctionnement de cette substance.

brunelle-commune

La Prunella vulgaris ou Brunelle commune

Les chercheurs, qui ont été financés par le gouvernement américain pour étudier des préparations à base de plantes que de plus en plus de femmes utilisent, ont découvert lors d’un dépistage que des extraits de Prunella vulgaris ont un effet anti-œstrogène. Ils ont ensuite examiné les préparations de plus près.

Les chercheurs ont exposé des cellules dotées de récepteurs d’œstradiol au DES, un œstrogène synthétique, et à l’extrait de Prunella vulgaris [PV]. Le DES a stimulé la synthèse de l’enzyme phosphatase alcaline mais le Prunella vulgaris a inhibé sa synthèse. À une concentration de 50 microgrammes par millilitre, l’extrait était presque aussi efficace que l’anti-œstrogène Fulvestrant [ICI]. Son nom commercial est Faslodex. Les médecins l’utilisent pour traiter le cancer du sein.

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’Artemisia iwayomogi produirait des effets similaires au GW501516

artemisia-iwayomogi-vegetal

L’Artemisia iwayomogi

Tout athlète d’endurance qui se respecte ne penserait même plus à prendre de l’EPO. A vrai dire, l’EPO date déjà de 1995. Bien des années plus tard, les sportifs non-naturels utiliseraient des produits de laboratoire comme le GW501516, un agoniste de la protéine PPAR-delta. Selon une étude animale publiée dans PLoS ONE, il existerait un extrait végétal qui ferait exactement la même chose. Avez-vous déjà entendu parler de l’Artemisia iwayomogi ?

Les protéines PPAR, le GW501516 et l’Artemisia iwayomogi

Rafraîchissons notre mémoire… Les cellules contiennent la protéine PPAR (En français: Récepteur Activé par les Proliférateurs de Peroxysomes). PPAR fait mille et une choses mais vous pouvez aussi résumer grossièrement son activité en une phrase simple : le récepteur PPAR agit comme un activateur de l’oxydation des acides gras. Plus une cellule reçoit de stimuli via le PPAR, plus elle brûle d’acides gras. La variante PPAR la plus pertinente pour les cellules musculaires serait le PPAR-delta. Note EM: Les PPAR sont des protéines présentes dans le noyau cellulaire qui se lient aux acides gras et vont activer des gènes qui commandent l’oxydation des graisses.

En savoir plus »
2 Commentaires

Associer astaxanthine et collagène serait favorable à la santé de la peau

collagene-hydrolyseUne dose quotidienne de 6 milligrammes d’astaxanthine réduirait les rides du visage, comme nous l’avions écrit précédemment. Vous le savez, il existe des preuves cliniques que le collagène hydrolysé présente le même effet positif. Mais que se passerait-il si vous combiniez l’astaxanthine et le collagène ? Une étude humaine, publiée dans le Journal of Medicinal Food en 2014 par des chercheurs coréens vous donnera la réponse.

L’étude sur l’association de collagène et d’astaxanthine

Les chercheurs, affiliés à l’Université nationale de Séoul en Corée du Sud, ont divisé 44 femmes âgées de 41 à 60 ans en un groupe placebo et un groupe expérimental. Pendant les 12 semaines de l’expérience, les sujets du groupe expérimental ont consommé 2 milligrammes d’astaxanthine et 3 grammes de collagène de poisson hydrolysé par jour. Le collagène était un produit de Rousselot France, qui commercialise du collagène de poisson hydrolysé sous le nom de Peptan. L’astaxanthine provient des usines de l’American Cyanotech Corporation.

En savoir plus »
Aucun commentaire