Le meilleur des régimes alimentaires pour prévenir la perte de muscle contiendrait une grande quantité de protéines mais aussi d’antioxydants

Imaginez que vous vieillissez mais que vous souhaitiez préserver votre intégrité musculaire, quels seraient les meilleurs aliments à manger ? Naturellement, une grande quantité de produits riches en protéines… Toujours est-il que les aliments riches en antioxydants sont tout aussi importants que les protéines. Le thé, le café, les légumes et les fruits auront autant d’importance. Du moins, c’est ce que les épidémiologistes de l’Université de Tokyo ont découvert. Combiner une quantité importante de protéines et d’antioxydants réduirait le risque de perte de muscle par un facteur quatre.

L’étude sur les protéines et les antioxydants

Les Japonais ont cherché à estimer si 2108 femmes de 65 ans et plus étaient devenues physiquement plus fragiles. Les personnes âgées fragiles perdent beaucoup de leur masse musculaire, de leur force et de leur capacité de déplacement. Leur chance de mourir, de tomber ou de tomber malade est plus élevée.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Récupération et surentraînement après 40 ans

Francis Benfatto notre champion français du bodybuilding

Francis Benfatto, notre champion Français et modèle de longévité dans l’histoire du bodybuilding

Un problème finira toujours par se poser pour les athlètes qui atteignent un certain âge (euphémisme des vieux !), c’est celui de la récupération post-entraînement et accessoirement, celui du surentraînement. En effet, la question de la récupération et du surentraînement risquent fort se poser après 40 ans, sinon 50, une question que les jeunes de 20 ans ne se posent pratiquement jamais.

Dans un sens, c’est tout à fait normal puisque leur taux de testostérone et d’hormone de croissance seront très élevés mais surtout, que leur organisme n’aura pas subit 20 ans de dommages cellulaires et organiques supplémentaires. Dans ce cas, des entraînements intenses de musculation ou d’endurance seront toujours mieux supportés à 20 ans que 40 ans plus tard. Cependant, l’avantage des vieux, c’est qu’ils ont l’expérience et les connaissances qu’un jeune ne peut pas avoir, c’est absolument crucial. Je n’aurais d’ailleurs pas su vous rédiger un tel article il y a de cela 20 ans. Toujours est-il que je vous proposerais de circonscrire le problème – sans doute pas de manière exhaustive – au niveau de l’entraînement lui-même, de l’alimentation et des compléments alimentaires puisqu’il s’agit, sommes toutes, de l’objet du blog Espace Corps Esprit Forme.

En savoir plus »
1 Commentaire

Une étude à large échelle sur les effets secondaires des stéroïdes apporte de mauvaises nouvelles aux utilisateurs

Molécule de testostéroneUn petit nombre d’études scientifiques sur l’homme, un grand nombre d’études de cas ainsi qu’un grand nombre d’études chez les animaux ont déjà montré que les stéroïdes anabolisants ne sont pas bons pour le cœur et les vaisseaux sanguins. A ce jour, les cardiologues américains ont publié la plus large étude humaine sur l’effet des stéroïdes sur le système cardiovasculaire. Et encore une fois, les résultats ne sont pas rassurants.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont examiné le cœur et les vaisseaux sanguins de 86 utilisateurs masculins de stéroïdes qui avaient pris des substances hormonales illégales pendant une moyenne de sept ans. Chacun de ces hommes étaient des bodybuilders expérimentés. Les chercheurs ont comparé ce groupe d’utilisateurs à un groupe de 54 non-utilisateurs, également passionnés de bodybuilding. Ils s’entraînaient aussi souvent et intensément que les utilisateurs de stéroïdes anabolisants.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une dose optimale d’huile de poisson dépendrait du poids corporel

Oméga 3Si, pour une raison quelconque, vous preniez de l’huile de poisson et que vous découvrez que cela ne fonctionne pas après quelques semaines, il se pourrait que votre poids corporel soit trop élevé. Au plus vous êtes lourd, au plus la concentration en acides gras Oméga 3 augmentera lentement dans votre organisme. Les psychiatres américains de l’Ohio State University ont découvert cela lorsqu’ils ont donné des capsules d’huile de poisson à leurs sujets d’expérience.

L’étude scientifique sur l’huile de poisson en rapport avec le poids corporel

Les chercheurs ont donné à 28 jeunes âgés de 7 à 14 ans, tous souffrant de troubles de l’humeur, quatre capsules d’huile de poisson par jour pendant 12 semaines. Ils ont pris un produit fabriqué par American OmegaBrite. Chaque capsule contenait 350 mg d’EPA, 50 mg de DHA 100 mg d’autres acides gras Oméga 3. De cette manière, les sujets ont pris 2 grammes d’acides gras Oméga 3 par jour.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Morphotypes et fumisteries, quand la science vient remettre de l’ordre dans les croyances

Musculation et morphotypes une théorie fumeuseLa musculation grand public est un sport où les ânes les plus bruyants se plaisent à braire à forte voix et s’en suivent un troupeau de moutons, jeunes et moins jeunes, qui s’empressent de les suivre. Ce phénomène absurde est d’ailleurs tout aussi présent dans la nutrition, marché très juteux où grand nombre de nutritionnistes et leurs croyances se plaisent à alimenter les esprits les plus crédules de leurs recettes magiques, de leurs tonnes de glucides sans protéines ou de protéines sans glucides et autres commandements divers et variés. La science dévoyée, sinon quelque peu détournée, est une source abondante et pratique d’informations que l’on vulgarise à profit depuis la fin des années 1960 à peu près. Ces théories extravagantes de morphotypes en sont d’ailleurs l’illustration même. D’ailleurs, il faudra un jour m’expliquer comment il est possible d’être assez stupide pour prétendre qu’un autre que vous-même puisse vous dire quoi manger en prétendant que vous faites parti d’un groupe tout en niant votre individualité…

Phénomène qui se répète inlassablement, psychologie et sociologie en particulier, sont des domaines parfois victimes de cette vulgarisation outrancière. Loin de certaines théories nutritionnistes fumeuses qui ne font jamais que de créer de nouveaux obèses et autres diabétiques, d’autres fantaisies pseudo-scientifiques connues sous le nom de morphotypes font partie de ces croyances qui n’ont pas plus de rapport avec la science que les sports de force avec le tennis de table. Disons que ce genre d’inepties trouve sa source chez un psychologue (ou connu comme tel) du nom de William Herbert Sheldon.

En savoir plus »
4 Commentaires

L’acide carnosique, l’aide minceur potentiel du romarin

L’acide carnosique est utilisé dans les dentifrices, la viande transformée, les pizzas et les sauces. Il est surtout naturellement retrouvé dans les herbes et épices ordinaires et fonctionnerait plutôt bien comme agent conservateur biologique. L’acide carnosique est un antioxydant qui pourrait également être considéré comme une aide minceur intéressante. Du moins, selon les écrits d’un diététicien nutritionniste coréen* dans le Journal of Cancer Prevention.

L’acide carnosique

Acide carnosique antioxydant du romarinL’acide carnosique est un diterpène retrouvé dans certains végétaux tels que le romarin par exemple. Sa formule structurelle est présentée ci-contre.

Oui, l’étude scientifique dont nous allons vous parler aujourd’hui a été réalisée in vitro. En effet, un grand nombre de substances qui présentent des effets intéressants sur les cellules dans les laboratoires en Asie n’ont pas nécessairement le même effet sur les humains.

En savoir plus »
6 Commentaires

Faire du muscle, gagner en endurance et perdre de la graisse avec le jeûne intermittent

Le jeune intermittent fait partie des options alimentaires les plus populaires et partagées du moment. Si cette pratique paraît souvent dépendre du bon sens (et parfois des impératifs en période de famine), il est toujours préférable de s’en référer à la recherche. Cette étude scientifique commentée par les rédacteurs d’Ergo-log en est un bon exemple.

Eric Mallet

————————–

Jeûne intermittent

Le jeûne intermittent pourrait vous aider à perdre du poids plus facilement…

Nous ne le savons pas mais nos habitudes alimentaires sont assez peu naturelles. Nous mangeons dès le moment où nous nous réveillons jusqu’à ce que nous dormions à nouveau. Si nous pouvions rompre ce modèle et commencer à faire du jeûne intermittent, nous pourrions apporter des changements dramatiques à notre corps. Nous pourrions perdre de la graisse, améliorer notre masse corporelle et développer de la masse musculaire supplémentaire comme le pensent les chercheurs de l’Institut Salk pour les études biologiques aux États-Unis. Ils ont étudié les effets du jeûne intermittent dans une série d’études sur les animaux.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont donné une  alimentation standard  à des souris afin qu’elles puissent vivre sainement jusqu’à un âge mûr [N], une nourriture qui contenait 60% de graisse [F], ou des aliments qui contenaient 30% de matières grasses et 25% de sucre [FS] . Si vous donnez des aliments qui contiennent de la graisse ou du sucre ajouté à des souris, ils en mangent plus, ils prennent du poids et détériorent leur santé.

En savoir plus »
Aucun commentaire