La phytothérapie, les bienfaits et les bénéfices des plantes

Aucun commentaire

De tout temps, l’homme a cherché à s’approprier les bienfaits et les avantages qu’offrent les plantes, sans toujours savoir si l’usage de tel ou tel composants pouvait s’avérer utile ou néfaste à la santé. Aujourd’hui, la science nous permet de comprendre (plus ou moins bien) les mécanismes d’action des végétaux que l’on utilise depuis la préhistoire à des fins thérapeutiques ou récréatives.

Certaines substances actives comme la caféine, les saponines, tanins, phytostérols, flavonoïdes ou autres ginsénosides du Ginseng ont livrés quelques-uns de leurs secrets mais il faut bien l’avouer, nous restons encore impuissant à expliquer l’action et les processus métaboliques qui leurs permettent d’exercer un effet sur l’organisme. En résumé, on sait que ça fonctionne mais on ne sait pas très bien expliquer le pourquoi du comment au niveau biologique ou cellulaire.

Les substances actives des végétaux sont encore mal compris

Tribulus terrestrisPar exemple, nous savons que le Tribulus Terrestris agirait sur la sécrétion de l’hormone lutéine mais la recherche a prouvé que ce n’était pas suffisant pour agir suffisamment sur la sécrétion de testostérone. Mais de savoir comment les saponines exercent leur action, un mystère plane toujours sur le mécanisme biologique qui permet d’affirmer que tel végétal produit telle influence. De même pour le palmier de Scie (Saw Palmetto), on commence seulement à comprendre comment certains lipides agissent sur la prostate pour bloquer l’action néfaste des métabolites de la testostérone, la DHT, dihydrotestostérone ou androstanolone, sur la santé mais nos connaissances restent encore imprécises ou incomplètes.

La complexité extrême du métabolisme humain garde encore ses secrets et c’est bien souvent par l’expérience directe, parfois mortelle, que l’homme a pu se rendre compte du potentiel des plantes sur son organisme. Depuis la préhistoire et le Cromagnon qui s’empoisonne par l’ingestion de baies attirantes mais mortelles jusqu’aux trésors de connaissance de la médecine ayurvédique et chinoise, nous commençons à peine à comprendre que la Nature restent notre première médecine, loin des élucubrations douteuses de l’homéopathie ou d’autres pseudosciences du même régime.

Les végétaux sont de plus en plus associés aux compléments alimentaires

Le marché des compléments alimentaires profite de ces découvertes depuis un certain nombre d’années maintenant. Des extraits de Tribulus ou d’Eurycomia Longifolia (Tongkat ali) sont aujourd’hui couramment distribués pour permettre aux athlètes de réaliser de meilleures performances tout en restant dans les normes que la biologie nous impose mais l’intérêt de ces extraits végétaux dépasse de loin le monde encore trop cloisonné des sports de force comme la musculation, le bodybuilding ou le powerlifting (la force athlétique).

Eurycoma longifolia, Longjack, Tongkat aliEn effet, il devenu évident de constater que la gynécomastie n’est pas vraiment un trouble hormonal réservé aux sportifs ayant abusés d’hormones synthétiques mais qu’elle devient de plus en plus l’apanage des hommes ayant dépassé la cinquantaine ou en passe de l’atteindre. Certaines évidences biomédicales attestées par des recherches scientifiques rigoureuses font apparaître depuis plusieurs dizaines d’années que la plupart des pesticides couramment utilisés par l’industrie agroalimentaires ressemblent assez étrangement à des dérivés œstrogéniques, des molécules qui n’ont d’ailleurs rien à faire dans notre organisme, hommes et femmes confondus.

Sur le bord de la plage ou en bordure de la piscine, j’ai moi-même très souvent été atterré par la vue d’un grand nombre de cas de gynécomasties aggravés à faire rire, du moins… dans un premier temps. N’ayant aucune idée de la gravité de la situation ou de la dégénérescence physique de leur corps puisqu’ignorants des bases de la biologie humaine, la majorité de ces personnes sont persuadés qu’il s’agit là des conséquences tout à fait normales du vieillissement et qu’ils ne peuvent rien y faire. En outre, le vieillissement lui-même d’un organisme sédentaire subira une chute de la testostérone et ses conséquences néfastes sur la santé.

La sédentarité et la malbouffe entraînent des désordres métaboliques catastrophiques

A vrai dire, les causes de ce genre de troubles n’est pas seulement lié à l’industrie agroalimentaire même si sa responsabilité est aujourd’hui clairement établie sur le plan scientifique. L’inactivité (comme le fait de prendre sa voiture pour faire 200 mètres), le confort exagéré et le manque presque total d’activité physique ne font qu’aggraver une situation déjà mise à mal par un certain nombre de facteurs déclenchant comme la nutrition industrielle et les polluants que nous respirons chaque jour, on pourrait d’ailleurs établir un parallèle intéressant avec l’alimentation de nos ancêtres.

Des scientifiques ont établi que l’alimentation de nos cousins de l’âge de pierre comportait un taux d’acides gras saturés à en donner un infarctus à n’importe quel contemporain. Seulement, les conditions de vie étaient tout à fait différentes, même sans remonter très loin. Encore au Moyen âge, le meilleur moyen de se déplacer restait encore la marche ou le cheval. Point de voiture, de bus, de train ou d’avion et la vie, même si elle était plus courte, était certainement plus saine qu’à notre époque.

Longévité augmentée = mauvaise santé ?

Je n’affirme pas non plus que de retrouver nos cavernes et de se mettre à la chasse au zèbres nous serait salutaire mais nous sommes bien forcés de constater que l’espèce humaine n’a pas vraiment progressé pour préserver le capital santé qu’on lui donne à la naissance, bien au contraire. Notre société moderne et ses lobbys industriels basés sur la recherche obscène de profit toujours plus grands contribuent nettement à mettre nos capacités physiques en danger. Il faudrait être sourd et aveugle pour affirmer le contraire.

La meilleure preuve est aujourd’hui d’ordre médical et s’articule autour d’un tapage médiatique absurde autour de la grippe et des profits engendrés par toutes les formes de traitement et de vaccination mis au point pour contrer une maladie qui a toujours fait des morts parmi les plus faibles et qui continuera certainement d’en faire encore longtemps. Même s’il est parfois difficile d’échapper à la maladie, il est devenu encore plus difficile d’échapper aux égarements mercantiles engendrés par les occasions les plus profitables dont l’industrie pharmaceutique sait tirer partie.

Le sport avec une nutrition saine sont synonyme de bonne santé !

Pour que cela cesse, il est parfois utile de se rappeler que nous avons toujours l’occasion et le droit de choisir ce qui nous convient aux dépends du mercantilisme ou des médias qui colportent les idées malsaines qu’un grand nombre de gens continuent de croire. Un vecteur médiatique fonctionne toujours sur un postulat simple reposant sur l’idée qu’un argument est vrai a priori et que notre interlocuteur n’a aucune raison de nous mentir. Malheureusement, la majorité des principes qui régissent aujourd’hui notre société reposent de plus en plus sur l’argent et le profit engendré par une minorité de personnes reposant lui-même sur une propagande peu rigoureuse sachant utiliser les faits à son profit, dans tous les sens du terme. A partir de là, et même s’il ne nous mentent pas ouvertement, la plupart des médias font le jeu de ceux qui tiennent les ficelles. Dans le cadre de la nutrition ou de ce que les industriels veulent vous faire avaler, c’est également la vérité.

L’industrie pharmaceutique est le commerce le plus puissant au monde

Un des exemples les plus significatifs de cette réalité est illustré par les lobbys pharmaceutiques qui s’acharnent à discréditer la valeur des compléments alimentaires les plus anodins au mépris des recherches scientifiques qui contredisent leurs intérêts. Une substance naturelle comme une vitamine ou un minéral n’étant pas brevetable, il n’est pas possible pour cette industrie de générer de l’argent avec ces molécules, il est donc plus rentable d’en discréditer la valeur. Nous voyons d’ailleurs apparaître tous les ans les mêmes études qui nous répètent pour la quinzième fois qu’un excès de vitamine A est dangereux à la santé, ce que nous savons depuis longtemps. Dans le même temps, cette même industrie ne parle pas des vertus de la simple vitamine C, des acides gras essentiels ou de l’ubiquinone sur le maintien de notre système immunitaire ou la régulation de notre métabolisme.

Aujourd’hui plus que jamais, il faut savoir faire la part des choses et raison garder. Observer les faits tels qu’ils sont en prenant soin de se prémunir des influences reste encore notre meilleure garantie pour préserver notre bien être, notre santé et notre condition physique et intellectuelle le plus longtemps possible.

A bientôt sur votre blog Espace Corps Esprit Forme,
Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.