Un hydrolysat de collagène pour soulager les articulations des athlètes

Les athlètes qui éprouvent des douleurs articulaires en se tenant debout, en marchant ou en soulevant de lourdes charges pourraient soulager la douleur en prenant de l’hydrolysat de collagène. Mais ils devraient en prendre à une dose élevée, et ce pendant au moins 6 mois, selon les données avancées par les scientifiques du sport de l’université d’État de Pennsylvanie.

Le collagène et la santé des articulations

Une demi-douzaine d’études scientifiques de petite envergure ont été publiées dans des revues allemandes dans les années 1970 et 80. Elles ont montré que le collagène aidait les articulations à récupérer plus rapidement. Un aperçu de tout ce que l’on sait sur la supplémentation en collagène et les articulations se trouverait dans le rapport Collagen Hydrolysate and its Relationship to Joint Health. Le rapport a été commandé par Gelita, une multinationale spécialisée dans la gélatine.

L’idée qui sous-tend la supplémentation en collagène est que l’hydrolysat de collagène – comme la gélatine – est une bonne source d’acides aminés glycine et proline. Ceux-ci sont essentiels pour la production de tissu conjonctif, et donc aussi pour le cartilage. Pour être clair dès le départ, cependant : Gelita a également financé l’étude de 2008 qui a été publiée dans Current Medical Research and Opinion. Les chercheurs ne cachent pas la préparation qu’ils ont testée : CH-Alpha, un produit allemand.

collagene-articulations-tendons

collagene-articulations

Les 97 sujets faisaient tous du sport et présentaient des articulations douloureuses. Les athlètes ont été invités à évaluer leur niveau de douleur sur une échelle de 0 à 10 avant le début de la supplémentation.

En savoir plus »
Aucun commentaire

MSM, hormone de croissance et IGF-1, des os plus solides, des muscles plus forts ?

Selon une poignée d’études humaines, la supplémentation en MSM pourrait accélérer la récupération musculaire après un exercice intense. Ce constat pourrait être lié au fait que le MSM réduit l’effet du cortisol, avons-nous écrit il y a de cela quelques articles. Mais une autre possibilité d’explication repose sur le fait que le MSM renforce l’action de l’hormone de croissance et de l’IGF-1 dans le tissu musculaire. C’est du moins ce que nous spéculons aujourd’hui après avoir lu une étude in vitro significative. Le MSM semble stimuler le développement osseux par ce mécanisme.

L’étude sur le MSM et le cortisol

Les recherches scientifiques dont vous pouvez déduire que le MSM protège les cellules musculaires contre le cortisol ont été menées par le groupe de scientifiques moléculaires sud-coréen Young Mok Yang. Ces chercheurs ont publié plusieurs fois sur les effets du MSM sur différents types de cellules. L’étude dont nous parlons maintenant a également été effectuée par Yang et ses collègues.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le sucralose, un édulcorant qui réduirait la sensibilité à l’insuline

sucralose

Le sucralose

Le sucralose, un édulcorant synthétique 600 fois plus sucré que le sucre, provoquerait chez les personnes en bonne santé des symptômes qui ressemblent à un diabète de type 2 au stade précoce. Des chercheurs de l’université de Yale l’écrivaient récemment dans Cell Metabolism. Bien que les sujets ne soient pas réellement tombés malades, les résultats étaient si troublants que l’université a conseillé aux chercheurs d’interrompre leur étude.

L’étude sur le sucralose

Les chercheurs ont divisé 45 sujets sains en trois groupes. Chaque groupe est venu au laboratoire des chercheurs 7 fois sur une période de 2 semaines, et a ensuite bu une boisson non alcoolisée de 355 millilitres.

Les sujets d’un groupe ont pris une boisson contenant 60 milligrammes de l’édulcorant sucralose [LCS]. L’autre groupe en a bu un autre avec 30 grammes de saccharose [sucre de table normal] [Sugar]. Les sujets du troisième groupe buvaient une boisson contenant 60 milligrammes de sucralose plus 31 grammes de maltodextrine glucidique [Combi].

En savoir plus »
Aucun commentaire

Musculation avec des faibles charges ? Entrainez-vous jusqu’à l’échec musculaire

musculation-developpe-couche

Image licornenoir www.visualhunt.com

Si vous faites de la musculation, vous pourriez développer autant de masse musculaire avec des poids relativement légers qu’avec des poids relativement lourds. Du moins si vous vous mettez en situation d’échec musculaire, écrivent les scientifiques du sport de l’université de Sao Paulo dans le Journal of Strength and Conditioning Research.

Une étude sur l’influence des faibles charges, l’échec musculaire, l’hypertrophie et la force

Pendant 8 semaines, les chercheurs ont demandé à 25 étudiants masculins d’entraîner les muscles de leurs cuisses sur un appareil d’extension des jambes deux fois par semaine. Les hommes ont entraîné leurs jambes séparément. Les chercheurs ont donc pu faire des expériences avec 50 cuisses et les ont divisées en 4 groupes différents.

Les chercheurs ont fait en sorte que le premier groupe de cuisses s’entraîne jusqu’à l’échec musculaire avec 80 % de la charge avec laquelle une seule répétition était possible [HL-RF]. Les hommes ont fait en moyenne 12,4 répétitions par série. Ensuite, le deuxième groupe d’entraînement des cuisses s’est entraîné avec 80 % de la charge sans échec musculaire de leur 1RM (Répétition Maximale) [HL-RNF]. Les hommes ont fait une moyenne de 6,7 répétitions par série.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une supplémentation en spermidine réduirait le vieillissement cardiovasculaire

spermidineSi vous êtes au courant des développements dans le domaine de la longévité, alors vous connaissez la spermidine. Tout le monde n’apprécie pas forcément les compléments de spermidine actuellement disponibles dans les magasins en ligne, mais il est clair qu’il s’agit d’une substance intéressante. Nous avons lu l’étude sur les animaux que des chercheurs chinois de l’université médicale de Harbin ont publiée dans Aging, et nous devons avouer que notre intérêt est maintenant là aussi éveillé.

La spermidine, une polyamine probablement lié à la longévité

La spermidine est une polyamine. Les organismes vivants produisent cette substance par le métabolisme de l’arginine, entre autres, mais la spermidine est également présente dans les aliments. Le germe de blé en est la meilleure source. Une cuillère à soupe de 7 grammes de germe de blé contient environ 1,7 milligramme de spermidine. C’est autant que ce que la plupart des suppléments de spermidine fournissent par dose quotidienne.

Aliment Spermidine mg/kilo
Germes de blé 243
Germes de soja 207
Cheddar (1 an d’affinage) 199
Champignons 89
Riz brun 50
Foie de poulet 48
Petits pois 46
Mangue 30
Pois chiche 29
Chou fleur 25
Broccoli 25

 

polyamines-spermidine-agmatine

En savoir plus »
Aucun commentaire

Bétaïne et choline, deux agents de recomposition qui protègeraient contre le cancer

choline-methyles

La choline

Les athlètes connaissent la bétaïne et la choline comme des substances naturelles qui augmenteraient la quantité de tissu musculaire et diminueraient la quantité de graisse corporelle. Selon une méta-analyse publiée dans Scientific Reports par des oncologues chinois à l’université de Médecine de Nanjing, ces deux substances protègeraient également contre le cancer.

Bétaïne et choline

Dans l’organisme, ces deux molécules agissent toutes deux comme donneurs de méthyles. Les cellules utilisent ces groupes méthyles pour réparer l’ADN endommagé. C’est pour cette raison que les scientifiques de la nutrition supposent que les régimes alimentaires riches en choline et en bétaïne réduisent le risque de certains cancers. En outre, les cellules utilisent la choline comme élément de construction de leurs membranes.

betaine-et-choline

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un extrait végétal inhibe l’œstradiol via le récepteur arylhydrocarboné

prunella-vulgarisIl y a de cela quelques temps, nous vous avions parlé des extraits anti-oestrogéniques de la plante tropicale Brassaiopsis glomerulata. Il s’agit d’ailleurs d’un végétal qui a fait son chemin dans le monde des suppléments de la musculation et dans Triazole de DS Sport en particulier. Le Triazole contient également des extraits végétaux du Prunella vulgaris, une plante que l’on retrouve partout en Europe. A ce sujet, c’est en 2009 que des chercheurs américains spécialisés dans le cancer ont publié une étude sur des cellules et des animaux dans laquelle ils ont étudié le fonctionnement de ces substances.

Les chercheurs, financés par le gouvernement américain pour étudier des préparations à base de plantes que de plus en plus de femmes utilisent, ont découvert lors d’un dépistage que des extraits de Prunella vulgaris présentaient un effet anti-œstrogénique. Ils ont ensuite examiné les préparations de plus près.

Les chercheurs ont exposé des cellules dotées de récepteurs à l’œstradiol au DES, un œstrogène synthétique, et à l’extrait de Prunella vulgaris [PV]. Le DES a stimulé la synthèse de l’enzyme phosphatase alcaline mais le Prunella vulgaris a inhibé sa synthèse. À une concentration de 50 microgrammes par millilitre, l’extrait était presque aussi efficace que le fulvestrant, un anti-œstrogène médicamenteux [ICI]. Son nom commercial est Faslodex. Les médecins l’utilisent pour traiter le cancer du sein.

En savoir plus »
Aucun commentaire