Le Schisandra sinensis augmenterait la force musculaire de 8%

schisandra-sinensis

Baies de Schisandra sinensis

Imaginez un instant que vous ne vous fassiez pas de musculation mais que vous preniez un gramme d’extrait de Schisandra sinensis chaque jour. Selon une étude de l’université Dong-A en Corée du Sud, votre force musculaire pourrait avoir augmenté de 7,7 % en 12 semaines.

L’étude sur le Schisandra sinensis

Les chercheurs ont divisé 45 femmes en bonne santé âgées de 55 à 78 ans en deux groupes. Les chercheurs ont donné à la moitié de leurs sujets un total d’un gramme d’extrait de Schisandra chinensis chaque jour pendant 12 semaines. Cette dose était contenue dans 4 capsules. Les sujets ont divisé cette dose en deux prises par jour. L’autre moitié a reçu des gélules sans substances actives pendant cette période.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Gagnerez-vous plus de force sans tricher à l’entraînement ?

execution-des-exercices

L’exécution stricte des exercices est-elle indispensable ?

Presque tous les athlètes de force connaissent le dilemme suivant : dois-je m’entraîner “correctement” et donc utiliser un poids qui n’a rien de spécial ? Ou dois-je opter pour des charges plus impressionnantes, ce qui signifie que je ne peux pas faire de répétitions complètes ? Choisissez la première option, conseillez les scientifiques du sport de l’Université fédérale de Rio Grande do Sul. De cette façon, vous développerez plus de force à long terme. A priori, vous ne gagneriez rien à tricher à l’entraînement.

L’étude sur l’exécution correcte des exercices

Les chercheurs ont publié dans le Journal of Strength and Conditioning Research les résultats d’une expérience qu’ils ont réalisée avec 40 hommes d’une vingtaine d’années. Dix hommes du groupe de contrôle n’ont rien fait pendant dix semaines ; 30 hommes ont entraîné leurs biceps deux fois par semaine sur un banc à curl en position assise.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Que vous preniez de la caféine ou non, une tasse de café améliore vos performances sportives

L’étude sur l’homme que les scientifiques du sport de l’université de Coventry en Angleterre viennent de publier concerne les cyclistes, mais elle pourrait probablement s’appliquer à tous les athlètes. Et c’est certainement deux fois mieux, si nous devions citer George Orwell. Neil Clarke et Darren Richardson ont clairement indiqué que même les athlètes habitués à la consommation de grandes quantités de caféine réalisent de meilleures performances après une tasse de café fort.

En savoir plus »
3 Commentaires

SkQ1 prolonge la durée de vie grâce au système immunitaire

Selon certains rapports publiés sur des forums web tels que Longecity, forums fréquentés par les spécialistes de l’allongement de la durée de vie les mieux informés, les premières expériences avec des doses relativement élevées de SkQ1 ont commencé dans le monde scientifique de la longévité. Mais qu’est-ce que le SkQ1 ? Pour en avoir une idée, nous avons lu une fascinante publication russe de 2011.

Note EM: (Nous parlons aussi de longévisme, ou de transhumanisme, les deux termes étant synonymes et sans aucun rapport avec des violations de l’éthique médicale, comme on l’entend parfois abusivement en France. A l’opposé, nous sommes particulièrement en retard dans ce domaine par rapport aux USA et aux pays asiatiques).

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un régime anti-inflammatoire vous aiderait à maintenir votre masse musculaire

Un régime alimentaire contenant suffisamment de protéines peut vous aider à rester musclé et fort après la cinquantaine mais pas seulement… Les nutriments que vous n’associez probablement pas directement à la masse musculaire ou à la force, comme l’huile de poisson, le thé, le thym, le sélénium et la vitamine C, peuvent également y contribuer. Du moins, c’est ce que des scientifiques iraniens rapportent dans le Nutrition Journal. Ils affirment qu’un régime alimentaire à faible indice inflammatoire ou anti-inflammatoire, réduirait le risque de sarcopénie – ou de perte involontaire de masse et de force musculaires squelettiques liées à l’âge.

L’étude sur le rapport entre les aliments sains et leur apport “anti-inflammatoire”

Les chercheurs affiliés à l’université des sciences médicales de Téhéran ont mesuré la masse musculaire, la force et la vie quotidienne de 150 hommes et 150 femmes de plus de 55 ans. Dans le même temps, les chercheurs ont déterminé l’indice inflammatoire du régime alimentaire des participants à l’étude.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Masse musculaire et espérance de vie, les deux sont liés

muscle-longeviteSi vous faites un travail physique intense ou de la musculation, non seulement votre corps sera plus musclé et plus fort, mais vous le ferez aussi durer plus longtemps. La masse musculaire prolonge l’espérance de vie, écrivent des chercheurs de l’école de médecine David Geffen dans l’American Journal of Medicine.

Poids de corps et mortalité

Les chercheurs pensaient autrefois que les personnes âgées en surpoids avaient un risque plus élevé de mourir. Cependant, des études récentes ont montré que autant les personnes âgées en surpoids que celles qui étaient en sous-poids avaient plus de chances de mourir. C’est pourquoi de plus en plus d’épidémiologistes arrivent à la conclusion que ce n’est pas le poids qui détermine la durée de vie, mais la masse maigre.

En d’autres termes : les muscles.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un supplément de quercétine ou d’oignon rouge favoriserait-il la masse musculaire au détriment des graisses ?

quercetine-supplementL’ajout d’une quantité modeste d’oignons à votre alimentation limiterait l’accumulation des graisses si vous avalez plus de calories que vous n’en avez besoin. La quercétine et ses molécules analogues présents dans l’oignon garantiraient qu’une partie importante de cette énergie supplémentaire soit utilisée par vos muscles, au lieu de se retrouver dans vos tissus adipeux. Du moins, c’est ce que suggère une étude animale que les scientifiques nutritionnistes américains de l’université de Purdue ont publiée dans Genes & Nutrition en 2015.

L’étude sur l’oignon rouge et la quercétine

Les chercheurs ont divisé 40 souris C57BL/6J en 4 groupes. Pendant les 9 semaines de l’expérience, les chercheurs aùéricains ont nourri les souris du premier groupe avec de la nourriture standard (LF). Les trois autres groupes ont reçu des aliments auxquels les chercheurs avaient ajouté des graisses supplémentaires. Les animaux ont alors pris du poids [HF].

Le premier groupe d’animaux testés HF n’a rien reçu d’autre. Les deuxième et troisième groupes ont reçu de la nourriture HF à laquelle les chercheurs avaient ajouté de la quercétine [HF + Q] ou un extrait d’oignon rouge [HF + RO]. Cet extrait était principalement composé d’analogues de la quercétine. Si les souris du groupe HF + Q avaient été des humains adultes, elles auraient reçu environ 10 milligrammes de quercétine par jour. Les souris du groupe HF + RO ont reçu une quantité similaire d’analogues de la quercétine.

La quercétine dans les oignons

La quercétine et les analogues de la quercétine sont présents dans de très nombreux aliments. Si votre alimentation est saine, vous en prenez quelques dizaines de milligrammes par jour. À cet égard, la dose étudiée dans cette étude animale était assez modeste.

sources-quercetine

Les oignons sont une bonne source de quercétine et d’analogues de la quercétine. Un oignon standard moyen de 80 grammes contient un total d’environ 36 milligrammes de quercétine. En outre, les analogues de la quercétine dans les oignons, le glucoside 3,4′-O-quercétine et le glucoside 4′-O-quercétine, sont relativement bien absorbés.

quercetine-analogues-oignons

quercetine-molecules-oignons

Lorsque vous faites frire des oignons, la quantité totale de quercétine dans les oignons ne diminue pas. Selon certaines études, elle augmenterait même un peu (Journal of Food Composition and Analysis. 2015;18(6):571-81). La variété d’oignon ayant la plus forte concentration d’analogues de la quercétine est l’oignon rouge. Les chercheurs ont donc utilisé un extrait d’oignon rouge.

quercetine-polyphenols

Les résultats de l’étude sur la quercétine

Les souris auxquelles on a donné de la quercétine ou de l’oignon rouge dans leur nourriture sont devenues moins grasses que les souris qui ont été engraissées sans additifs. La quercétine, sous forme libre ou sous forme de ses analogues dans les oignons, a inhibé la croissance de la masse grasse.

oignon-rouge-quercetine

oignon-rouge-muscle

La supplémentation a amélioré la sensibilité à l’insuline, ont encore découvert les chercheurs. Vous pouvez voir ci-dessous comment cela est possible. La quercétine et l’oignon rouge augmentent la quantité de mitochondries dans les cellules musculaires. Cela signifie que les cellules musculaires peuvent convertir plus de nutriments en énergie. {Note EM: Ce raccourci de pensée des rédacteurs d’Ergo-log mérite d’être expliqué. Koves et ses collègues ont démontré en 2008 qu’une saturation mitochondriale associée à une oxydation incomplète des acides gras contribuait à une réduction de la sensibilité des cellules musculaires à l’insuline: Koves TR, Ussher JR, Noland RC, Slentz D, Mosedale M, Ilkayeva O, Bain J, Stevens R, Dyck JRB, Newgard CB et al (2008) Mitochondrial overload and incomplete fatty acid oxidation contribute to skeletal muscle insulin resistance. Cell Metab 7:45–56. L’augmentation du nombre de mitochondries permettrait alors d’éviter cet écueil ou du moins, d’en réduire l’incidence}.

oignon-rouge-muscle-insuline

Les chercheurs ont également déterminé l’effet de la quercétine et de l’oignon rouge sur un certain nombre de gènes impliqués dans les processus par lesquels les mitochondries tirent leur énergie des nutriments. Ils ont découvert que le mécanisme d’action de la forme libre de la quercétine s’écartait ici et là du mode d’action des analogues de la quercétine dans l’oignon rouge.

Conclusion sur la quercétine et l’oignon rouge

“Une faible dose de quercétine, seule ou sous forme de composant dans l’oignon rouge, augmente la dépense énergétique et entraîne une amélioration de la composition corporelle et de la sensibilité à l’insuline“, résument les chercheurs.

“Les avantages d’une supplémentation en aglycone de quercétine purifiée ou en oignon rouge peuvent être partiellement dus à l’augmentation du nombre de mitochondries des muscles squelettiques qui améliorent le métabolisme des graisses d’une manière qui limite la surcharge en lipides mitochondriaux, et ces changements peuvent se produire par une régulation différentielle de l’expression des gènes codés par l’ADNmt”.

“La capacité de la quercétine ou de l’oignon rouge non seulement à prévenir l’obésité ou l’insulinorésistance mais aussi à inverser ces dérèglements métaboliques devrait être étudiée plus en détail dans de futures études”.

Source de l’article: Supplementing with quercetin or red onion forces the body into giving muscle preferential treatment over fat

Source Ergo-log: Genes Nutr. 2015 Jan;10(1):451.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire